Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus: comment la ville de Besançon s’organise face à l'épidémie

-
Par , France Bleu Besançon

Près de 500 personnes en télétravail, une cellule de crise quotidienne, les services essentiels maintenus, la ville de Besançon a dû adapter son organisation aux mesures de confinement. Si la mairie est fermée au public, les services municipaux continuent à fonctionner.

Le centre-ville de Besançon
Le centre-ville de Besançon © Maxppp - Olivier Boitet

La ville de Besançon a dû réorganiser ses services face à l’épidémie de coronavirus. Les fonctionnaires restent chez eux, sous le régime de l’autorisation d’absence, mais sur les 2.800 personnes employés par la ville, le Grand Besançon et le CCAS, environ 500 se sont mises au télétravail. « C’est un effort important » souligne le maire de Besançon Jean-Louis Fousseret, « il y a deux ans le télétravail n’existait pas dans notre collectivité, et avant le confinement il ne concernait qu’une centaine de personnes ». 

Une cellule de crise quotidienne

Pour faire le point sur les dossiers essentiels, Jean-Louis Fousseret participe tous les jours à 10h30 à une audioconférence réunissant le préfet de région, l’ARS, la présidente du conseil départemental et les maires de Pontarlier et de Montbéliard. Lui aussi s’est mis au télétravail, restant en liaison avec ses services. "Je ne vais à la mairie que pour les signatures incontournables " précise-t-il. Jean-Louis Fousseret qui salue l’unité républicaine face à la crise : il a été contacté par la quasi-totalité des candidats aux municipales pour lui proposer leur aide.

Les services essentiels, collecte des déchets, eau, assainissement, énergie, état-civil, sont maintenus, parfois en mode dégradé. La cuisine centrale fonctionne au ralenti, mais poursuit son activité, car le portage des repas à domicile aux personnes âgées ou handicapées reste assuré quotidiennement par le CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) : 383 personnes en bénéficient

Le maire salue d’ailleurs l’implication des fonctionnaires municipaux, il cite un exemple, parmi d’autres : « des agents du service des sports, qui se retrouvaient inactifs, se sont proposés pour porter des repas ».

Une soixantaine d'enfants de soignants accueillis tous les jours

Huit écoles bisontines restent ouvertes pour accueillir les enfants des soignants. Elles reçoivent tous les jours une cinquantaine d’enfants et une dizaine de tout-petits dans deux crèches municipales. Objectif pour les prochains jours : étendre ce service aux enfants de policiers, pompiers, agents du CCAS et personnel mobilisé à la préfecture, pour un total de 120 enfants.

La vie administrative continue, via le télétravail.  Le budget de la ville devait normalement être voté après les élections municipales, au plus tard le 30 avril. Mais il est impossible de réunir le conseil municipal, le gouvernement a par conséquent publié une ordonnance qui prolonge les budgets des collectivités jusqu‘au 31 juillet. Le budget de la ville de Besançon sera donc soumis au vote du nouveau conseil municipal après le second tour des élections, prévu a priori le 21 juin.

35 PV pour non-respect du confinement dressés en une semaine

Enfin la police municipale poursuit sa mission, en étroite coordination avec la police nationale. Depuis les 24 mars, les policiers municipaux ont dressé 38 procès-verbaux à 135 euros pour non-respect des règles de confinement. « C’est relativement peu », analyse le maire, « au début il y avait encore des pique-niques et des parties de foot,  j’ai dû ordonner la fermeture des parcs et de la forêt de Chailluz, mais aujourd’hui globalement les Bisontins respectent les consignes ». 

Un bémol cependant à ce constat: la recrudescence des dépôts sauvages de déchets et d’encombrants. Jean-Louis Fousseret lance un appel au civisme, d’autant que les collectes de déchets sont compliquées à organiser dans le contexte actuel.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess