Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Comment lutter contre les maltraitances sur les enfants, le harcèlement scolaire ? Le département se mobilise

-
Par , France Bleu Azur

Ce mercredi c'est la Journée Internationale des droits de l'enfant. Il y a 30 ans, l’Organisation des Nations unies adoptait la Convention relative aux droits de l’enfant. Le département, la ville de Nice, et une vingtaine d'associations proposent des actions cette semaine dans les Alpes-Maritimes.

Le harcèlement scolaire touche un élève sur dix en primaire et au collège
Le harcèlement scolaire touche un élève sur dix en primaire et au collège © Radio France - PQR/ESTECLAIR

Nice, France

Les maltraitances envers les enfants sont un réel problème de santé publique. En France, un enfant meurt chaque semaine sous les coups de ses parents. Un enfant sur quatre subit des violences physiques. Les enfants sont aussi victimes de maltraitances sexuelles. Environ 150.000 mineurs sont victimes chaque année de viols ou de  tentatives de viols.

On estime aussi qu'en France, 700.000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire. Pour la semaine internationale des droits de l'enfant la ville de Nice, le département des Alpes-Maritimes et des associations proposent de nombreuses conférences, expositions et actions auprès du jeune public, des parents, des professionnels de l'enfance. 

Le programme de la semaine des droits de l'enfant

Nathalie Cougny est écrivaine et artiste peintre, pendant 3 jours à partir de jeudi à Nice, elle va s'adresser à plus de 200 enfants pour aborder avec eux le sujet de la maltraitance de manière pédagogique. Elle sera jeudi et vendredi à la bibliothèque Raoul Mille à Nice. Nathalie Cougny a réalisé un clip l'an dernier intitulé "c'est mon corps c'est ma vie", fait par des enfants, pour des enfants.

Nathalie cougny

Le département a aussi prévu cette semaine un programme spécial dédié à l'enfance, la famille et la jeunesse. La ville de Nice également propose de nombreux rendez-vous

Le harcèlement scolaire : 700.000 enfants touchés

Le harcèlement scolaire dont peuvent être victimes les enfants et les adolescents sera aussi abordé dans une exposition au Palais des rois Sardes à Nice, exposition réalisée par des collégiennes avec l'association Montjoye et déjà visible en ligne sur le site passaj.fr. 

Toutes les histoires de harcèlement scolaire provoquent de la souffrance, ça passe par des violences verbales, physiques, ou des menaces sur les réseaux sociaux. Ecoutez le témoignage d'une collégienne qui raconte avoir été harcelée en primaire à cause de sa couleur de peau : 

Une collégienne de Nice

Le 3020 est un numéro d’écoute national, anonyme et gratuit, destiné aux victimes de harcèlement scolaire, à leur entourage et aux enseignants. Les auteurs de harcèlement risquent jusqu’à 45.000 euros d’amende et deux ans de prison. 

La protection de l'enfance dans les Alpes-Maritimes

Le département est en charge de l’aide sociale à l’enfance, de la protection de l'enfance avec la mise en place d'actions de prévention, de mise à l'abri d'enfants en dangers, sur décisions administratives et judiciaires. 1823 enfants sont confiés à ce jour aux services sociaux du département. 800 agents sont mobilisés pour la protection de l'enfance : parmi eux, des assistants sociaux, des éducateurs spécialisés, des psychologues, des infirmières...

Le département a pour mission de repérer les enfants susceptibles d’être exposés aux violences intra-familiales, de prévenir les situations problématiques ou à risque. Il existe une antenne de recueil, d'évaluation, et de traitement des informations préoccupantes (ADRET) qui centralise les informations préoccupantes d'enfants en danger. On peut signaler une situation via un numéro, le 119, numéro vert départemental, ouvert aux victimes ou témoins d’une maltraitance.

Au 30 septembre 2019, 5103 qualifications ont été effectuées par l'ADRET qui a reçu 3606 informations préoccupantes. Lorsque les mesures de prévention n'ont pas permis de remédier à la situation de danger le placement en établissement ou auprès d'un assistant familial, dans famille d'accueil est parfois nécessaire. Il y a alors un  éloignement temporaire de la famille. Le département dispose de 174 places d'hébergement au titre du foyer de l'enfance, 291 au titre de la mise à l'abri des mineurs non accompagnés. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu