Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Comment va-t-on se chauffer ?" : la suppression des chaudières au fioul d'ici 10 ans inquiète les consommateurs

mercredi 14 novembre 2018 à 20:42 Par Manon Derdevet, France Bleu Berry et France Bleu

Suite à l'annonce d'Edouard Philippe de supprimer toutes les chaudières au fioul, ce merdredi 14 novembre, les consommateurs s’inquiètent de devoir changer de moyen de chauffage.

Michel est livreur de fioul depuis 34 ans et plus que jamais, il craint pour son emploi
Michel est livreur de fioul depuis 34 ans et plus que jamais, il craint pour son emploi © Radio France - Manon Derdevet

Châteauroux, France

Faudra-t-il bientôt arrêter de se chauffer au fioul ? C'est en tout cas ce que souhaiterait Edouard Philippe. Ce mercredi 14 novembre, le Premier ministre a annoncé vouloir supprimer les chaudières au fioul d'ici dix ans. Pour compenser cette suppression, le gouvernement veut créer une prime à la conversion des chaudières au fioul et instaurer une aide pour les nouvelles chaudières

Mais alors que quatre millions de foyers utilisent actuellement ce mode de chauffage, cette mesure inquiète beaucoup ces consommateurs. En effet, pour eux, changer de mode de chauffage signifierait faire de grands travaux et dépenser beaucoup d'argent. 

"C'est une loi incompréhensible" - Omar, père de famille

C'est le cas d'Omar et Valérie qui viennent de s'installer dans leur petite maison au milieu des prés. Pour la première fois, ils font le plein de leur chaudière au fioul mais en regardant le livreur remplir le réservoir de leur maison, le couple ne décolère pas contre le gouvernement. 

"Nous pensions faire des économies et voilà que nous allons devoir changer notre chaudière d'ici 10 ans. C'est une loi incompréhensible. Comment va-t-on se chauffer ?" s'interroge Omar énervé. 

Le couple estime que changer de chaudière leur coûterait environ 20.000 euros. Une très lourde facture que ne peut pas assumer la majorité des clients de l'entreprise de livraison de fioul d'Aurore Mercier et de sa famille. "On est très choqués, il n'y a pas de gaz de ville dans les zones rurales alors comment est-ce que nos clients vont se chauffer ?" s'indigne la jeune femme. 

"Depuis 10 ans on aide les consommateurs à acheter des chaudières qui consomment moins et maintenant on veut leur demander d'en changer pour un autre type de chauffage ! On ne comprend pas " explique-t-elle. 

"On risque de se retrouver au chômage du jour au lendemain" - Michel, livreur depuis 34 ans

Michel, livreur depuis 34 ans partage l'indignation de ses patrons. Pour lui, cette nouvelle loi met même directement en danger son emploi. "On risque de se retrouver au chômage du jour au lendemain et beaucoup de gens n'ont pas les moyens de changer de chaudière. Certains ont même du mal à payer le fioul. Comment voulez-vous qu'ils fassent ?" s'exclame le livreur, qui dénonce un manque de connaissance criant du monde agricole de la part du gouvernement. 

"Il faut protester maintenant, on en a ras-le-bol", cette fois-ci Omar en est certain, il ira manifester avec les "gilets jaunes" ce samedi 17 novembre.