Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Commune nouvelle : les habitants de Saint-Antoine-du-Rocher en campagne pour le « Non »

samedi 7 novembre 2015 à 19:46 Par Emma Sarango, France Bleu Touraine

Les opposants au projet de la commune nouvelle Saint-Antoine-du-Rocher et Semblançay (Indre-et-Loire) ont gagné une bataille. Les habitants seront appelés à voter sur la fusion le 22 novembre. Mais rien n’est encore gagné pour le collectif.

Les habitants de Saint-Antoine-du-Rocher voteront le 22 novembre
Les habitants de Saint-Antoine-du-Rocher voteront le 22 novembre

Saint-Antoine-du-Rocher, France

Ils étaient près de 200 samedi matin dans les rues de Saint-Antoine-du-Rocher, au Nord-Ouest de Tours. Des habitants qui manifestaient contre le projet de fusion avec Semblançay. Pourtant ces opposants ont, en partie, obtenu gain de cause puisqu'une consultation se tiendra le 22 novembre. A Saint-Antoine-du-Rocher, mais aussi à Semblançay bien que l'opposition au projet y soit moins forte.

Deux semaines de campagne

Marie-Claude habite Saint-Antoine-du-Rocher depuis plus de vingt ans. Elle est persuadé que le « Non » l'emportera lors de la consultation. «Tous les gens avec qui je discute sont opposés à ce projet car ils veulent garder le patrimoine, c’est important » assure cette sexagénaire. Assez important pour que tous les habitants se rendent aux urnes? Pas sûr pour Catherine. Alors cette manifestation c'est la première étape de deux semaines de campagne. « On va recommencer à tracter, à faire du porte-à-porte, à expliquer aux gens pourquoi c’est important pour l’indépendance de notre commune » explique cette porte-parole du collectif.

Si le non l'emporte, on abandonnera le projet - Robert Chesneau, premier adjoint au maire de Saint-Antoine-du-Rocher

Encore faut il que le résultat de la consultation soit pris en compte. Jacques en doute et c'est pour s'en assurer qu'il est descendu dans la rue. « Si on avait une participation à 70%, il n’y aurait pas d’ambiguïté » pense cet habitant. « Mais il y aura certainement un peu moins, et dans ce cas on peut toujours interpréter un vote ». A la mairie, on assure que si la participation dépasse les 50% alors on considèrera que la population a parlé. « Si le non l’emporte, on sera bien obligés d’abandonner notre projet » regrette Robert Chesneau, premier adjoint au maire. «Mais si c’est le oui, il faut le respecter, c’est la démocratie ». Avant la consultation du 22 novembre, plusieurs débats publics sont prévus avec les habitants ainsi qu'une réunion en préfecture.