Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Comprendre la grève des pompiers : trois questions à Ghislain Gerard, syndicaliste dans la Manche

-
Par , France Bleu Cotentin

Ce n'est pas une profession qui a l'habitude de se mettre en grève : les sapeurs pompiers. Sept syndicats - qui représentent 85 % des personnels - ont déposé un préavis de grève à partir de ce mercredi 26 juin et pour tout l'été.

 7 syndicats, qui représentent 85 % des personnels, ont déposé un pré-avis de grève pour tout l'été
7 syndicats, qui représentent 85 % des personnels, ont déposé un pré-avis de grève pour tout l'été © Radio France - Jacqueline FARDEL

Les pompiers dénoncent un système de secours malade, des conditions de travail dégradée et un mépris des pouvoirs publics. Ils sont appelés à la grève à partir de ce mercredi 26 juin 2019. Ghislain Gerard, président du SPASDIS-CFTC, syndicat majoritaire chez les pompiers de la Manche était l'invité de France Bleu Cotentin ce mercredi matin.

"Le service public de secours français est malade" selon André Goretti, président de la fédération autonome des sapeurs-pompiers professionnels... malade de quoi ?

" Malade de jouer le pompier des autres services publics. Dès qu'il y a un service public qui défaille en France, bien souvent ce sont les sapeurs pompiers qui suppléent les carences. Quand il n'y a plus personne il reste nous heureusement mais parfois ça fait beaucoup."

"Dès qu'un service public est défaillant, les pompiers doivent pallier les carences"

Les syndicats, dénoncent la multiplication des missions avec de moins en moins de moyens. ce qui n'est pas tout à fait vrai dans la Manche ?

"La gestion financière et administrative des SDIS relève des départements et la situation est différente d'un département à l'autre. Dans la Manche, on est préservé sur certaines situations, comme pour les effectifs. On a eu une vague de recrutements importante cette année. Mais on est solidaire des autres départements, de nos collègues partout en France."

D'autant que dans la Manche, la désertification médicale a un impact sur vos missions.

"Par exemple, avec la disparition des urgences de Valognes, la charge de travail s'est reportée sur les autres centres hospitaliers surtout à Cherbourg (où les effectifs n'ont pas été renforcés) ça fait une charge de travail supplémentaire. Pour un sapeur-pompier volontaire qui habite à Bricquebecq par exemple, ça complique les choses. Les temps d'intervention sont allongés, il ne peut pas forcément se libérer aussi longtemps et ne va donc pas se rendre disponible. C'est un impact qui n'est pas forcément mesuré par la population. "

Les pompiers dénoncent aussi le mépris des pouvoirs publics, leurs courriers au ministre de l'Intérieur, aux élus des départements ou aux maires de France sont restés sans réponse. A noter que les pompiers sont soumis aux obligations de service et que le mouvement n'a pas d'impact sur les interventions.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess