Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Compteurs Linky : la préfecture des Landes saisit une nouvelle fois la justice contre la commune de Tarnos

-
Par , France Bleu Gascogne
Tarnos, France

La bataille contre l'installation des compteurs intelligents Linky continue dans les Landes. C'est une première en France, le préfet saisit la justice contre une délibération de la commune de Tarnos. L'audience en référé aura lieu mardi 18 juillet.

Le conseil municipal de Tarnos avait déjà pris une délibération anti-linky en 2016
Le conseil municipal de Tarnos avait déjà pris une délibération anti-linky en 2016 © Maxppp - Jean-François FREY

Près de 400 communes en France ont pris des délibérations ou des arrêtés anti-Linky, dont quatre communes des Landes : Tarnos, Villenave, Lassagnet et Saint-Lon-les Mines. Ces délibérations, votées en conseil municipal, sont plus philosophiques que techniques. Les élus s'opposent à l'installation de ces compteurs intelligents, qui évitent le passage d'un technicien. Selon eux, la vie privée ne sera plus respectée, les ondes sont dangereuses pour la santé, il y aurait aussi des dysfonctionnements et des problèmes de surfacturation sur les compteurs nouvelle génération déjà installés. Mais ces délibérations sont souvent contestées, à Tarnos la mairie a été déboutée en septembre dernier.

Une nouvelle délibération qui a plus de chance de passer le filtre du tribunal administratif - Stéphane Lhomme, animateur du mouvement anti-Linky

Le 17 mai dernier, le conseil municipal de Tarnos a donc pris une seconde délibération. Les élus refusent le déclassement des compteurs existants, interdit leur élimination et leur remplacement par des compteurs intelligents, sans consentement préalable et une décision du conseil municipal de désaffection. La raison invoquée est que la commune est propriétaire de tous les compteurs, même si elle a délégué sa compétence à un syndicat. Aujourd'hui, le préfet des Landes demande la suspension de cette délibération, l'audience en référé, c'est à dire en urgence, au Tribunal Administratif de Pau aura lieu mardi 18 juillet.

"Depuis un an et demi, les communes ont pris des délibérations qui étaient très bien pour exprimer le refuse de la commune, mais qui n'étaient pas assez pointues juridiquement" explique Stéphane Lhomme, conseiller municipal à Saint-Macaire en Gironde et l'un des animateurs du mouvement anti-Linky en France. Le collectif a donc fait appel a un avocat pour établir un modèle de délibération "plus juridique, plus pointue et qui selon nous a plus de chance de passer le filtre du tribunal administratif" poursuit Stéphane Lhomme. Selon lui, comme Tarnos, les communes commencent à remplacer leurs anciennes délibérations par cette nouvelle.

Dans les Landes, la procédure à l'encontre de la commune de Tarnos est une première en France, la décision du tribunal administratif de Pau "sera donc éclairante pour la suite du combat" conclut Stéphane Lhomme.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess