Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Conditions de vie des migrants à Grande-Synthe : le préfet du Nord répond aux critiques d'élus nordistes

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Le préfet du Nord répond ce mardi aux élus nordistes qui dénoncent les conditions de vie "indignes" des migrants du camp de Grande-Synthe (Nord). Dans un communiqué, Michel Lalande exclut d'organiser des points d'accueil fixe et précise la politique de l'Etat en terme d'évacuation et d'hébergement.

Des migrants autour du lac du bois du Puythouck, à Grande-Synthe, dans le Nord - Photo d'illustration.
Des migrants autour du lac du bois du Puythouck, à Grande-Synthe, dans le Nord - Photo d'illustration. © Radio France - Stéphane Barbereau

Après les critiques de plusieurs élus nordistes quant aux conditions de vie des migrants dans le camp de Grande-Synthe, près de Dunkerque (Nord), le préfet du Nord défend la politique des services de l'Etat en la matière. Dans un communiqué, Michel Lalande assure que l'Etat organise "plusieurs fois par semaine" l'évacuation de campements suivies de mises à l'abri, afin d'éviter que des "situations d'indignité que nous avons pu connaître par le passé"  se reproduisent.

Il redit en revanche son opposition à l'installation de points d'accueil fixe à proximité du littoral, "pour des raisons tenant tant à la sécurité des personnes, qu'à l'ordre public et à la lutte contre les réseaux criminels."

En ce qui concerne les évacuations, selon la préfecture, les opérations font toujours suite à des décisions judiciaires et s'accompagnent systématiquement de propositions d'hébergement, d'un suivi médical et administratif. 

Sur ce point, le préfet précise qu'il n'y a jamais eu autant de places dédiées à l'hébergement des migrants qu'actuellement : au 5 janvier 2021, 883 places étaient dédiées à la prise en charge des migrants de notre littoral, peut-on lire dans le communiqué. 

Plus globalement, Michel Lalande indique que 4.900 personnes ont pu bénéficier de ces mises à l'abri en 2020, dont 91 mineurs non-accompagnés. 

Humanité et dignité

Plusieurs élus du département avaient dénoncé quelques jours plus tôt les conditions de vie "indignes" des dizaines de migrants qui vivent à Grande-Synthe.

"C'est une situation inhumaine pour 200-300 personnes, essentiellement des kurdes, qui vivent dans des conditions ignobles, a déclaré ce mardi sur France Bleu Nord le sénateur PS du Nord Patrick Kanner. Ce n'est pas la jungle de Calais avec ses 8.000 personnes évidemment, mais c'est un point de fixation qui est traité de manière très ponctuelle, par des mises à l'abri qui ont lieu une ou deux fois par semaine. Ce n'est pas tout à fait efficace. Je pense que l'Etat n'est pas tout à fait à la hauteur sur l'accueil des migrants dans notre département. "

De son côté, l'eurodéputée du Nord Karima Delli évoque "des femmes, des hommes, des enfants abandonnés à leur triste sort, avec des conditions de vie totalement indignes. Ce sont des personnes qui vivent sous la pluie et dans la boue." 

"J'ai honte que la France, notre beau pays ne soit pas capable d'un minimum d’humanité, ajoute l'élue nordiste. Ces personnes ont traversé des drames pour arriver jusque là et la moindre des choses c'est de faire en sorte que la France soit à la hauteur de son rang de dignité, de fraternité et surtout d'humanité."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess