Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Réunion publique sur le coronavirus à Bordeaux : foule d'inquiétude et de questionnements

-
Par , France Bleu Gironde

Plus de 200 personnes réunies ce mardi soir dans les locaux de l'Université de Bordeaux pour la première réunion publique sur le coronavirus. Après un moment d'explications des professionnels de santé, les habitants ont pu poser de nombreuses questions.

Environ 200 personnes étaient réunies au Pôle juridique et judiciaire de l’Université de Bordeaux pour la première réunion publique sur le coronavirus
Environ 200 personnes étaient réunies au Pôle juridique et judiciaire de l’Université de Bordeaux pour la première réunion publique sur le coronavirus © Radio France - Laëtitia Heuveline

"Ma fille a invité des amis cambodgiens à son mariage, est-ce raisonnable ?" "Je dois partir dans deux jours à Singapour, est-ce que je maintiens mon vol ?" "Je suis infirmière, certains patients réclament que je vienne chez eux avec un masque mais on n'en trouve plus, comment faire ?" "Est-ce que la grippe et le coronavirus sont des pathologies liées ?"
Autant de questions posées ce mardi soir aux professionnels de santé venus répondre pour la première fois publiquement aux habitants. Le professeur Denis Malvy, responsable de l'unité des maladies tropicales et du voyageur au CHU de Bordeaux était entouré de Yann Bubien, le directeur général de l'hôpital et de Michel Laforcade, le directeur de l'Agence Régionale de Santé de Nouvelle Aquitaine. 

Tous les trois ont tenu à passer un message le plus rassurant possible, avec pédagogie, en expliquant que notre pays et pour l'instant plutôt épargné et qu'il est inutile de s'inquiéter outre mesure. "Il n'y a que 14 cas confirmés sur le territoire français a rappelé Michel Laforcade, le directeur de l'ARS Nouvelle Aquitaine, on peut donc prendre les transports en commun sans frousse inconsidérée"
D'après le professeur Denis Malvy, ce Coronavirus n'est autre qu'un cousin de la grippe : "La différence entre la grippe saisonnière et le coronavirus c'est que nous n'avons, pour l'heure, ni vaccin pour contrôler le portage et offrir une protection individuelle, ni médicament pour aider les plus fragiles à surmonter l'infection. Mais l'une et l'autre se ressemblent beaucoup."

Les Bordelais étaient inquiets pour leurs déplacements et leur vie quotidienne. Les questions ont oscillé entre du général : "Doit-on considérer les personnels des hôpitaux comme personnes à risque" et du plus personnel "je dois partir au Japon le 11 avril, qu'est-ce que je fais ?" avec systématiquement le besoin pour les intervenants de dédramatiser "si vous ne partez pas vous allez rater la saison des cerisiers en fleurs !"

Une bonne humeur affichée pour rassurer au maximum. En arrivant à cette réunion Michelle se demandait s'il fallait acheter des masques et remplir son frigo pour plusieurs semaines, à la sortie, elle est relativement apaisée, elle va limiter ses déplacements en transports en commun et s'écarter des personnes qui toussent. Même si la contamination n'est possible qu'après un contact prolongé de plusieurs dizaines de minutes à moins d'un mètre cinquante d'une personne porteuse du coronavirus.

Reportage pendant cette réunion publique consacrée au Coronavirus

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu