Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : infos pratiques et astuces du quotidien

Confinement : "Aidez nous à maintenir le Grand Nancy propre", lance le directeur de la gestion des déchets

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Dans la métropole du Grand Nancy, le ramassage des ordures ménagères s'adapte lui aussi aux mesures liées à l'épidémie du coronavirus. Les ripeurs facilitent notre quotidien, facilitons-leur la tâche, demande le directeur de la gestion des déchets qui observe quelques incivilités.

Poubelles sur le trottoir à Nancy
Poubelles sur le trottoir à Nancy © Radio France - Laurent Watrin

Une collecte hebdomadaire des ordures ménagères au lieu de deux : dans le Grand Nancy, les tournées de la Rimma s'adaptent aux mesures entrées en vigueur depuis l'apparition de l'épidémie du coronavirus. 19 communes de la métropole sont concernées par cette réduction du passage des camions bennes. La vingtième, Nancy, conserve ses deux tournées par semaine en raison de la densité de population.  

La société Rimma, filiale du groupe Véolia prestataire de la métropole, tient compte des forces en présence : une centaine de salariés continuent de travailler, contre 120 habituellement pour cause de garde d'enfant ou pour des raisons de santé (mais pas de cas avéré de covid-19 ce jeudi 26 mars).

Deux personnes au lieu de 3 dans la cabine du camion

Quelles mesures de protection pour les ripeurs ? Ils disposent de gel hydro-alcoolique, de gants à usage unique qu'ils peuvent utiliser sous leurs gants habituels. Des masques sont aussi mis à disposition, précise le directeur de la gestion des déchets à la métropole. "Une décision importante prise en accord avec les équipes", ajoute Christophe Fritsch, "c'est de réduire l'équipage à un chauffeur et un ripeur à l'arrière du camion au lieu d'un chauffeur et deux ripeurs. Cela pouvait poser un problème de trop grande proximité quand ils sont ensemble dans la cabine en dehors des moments de collectes."

Par crainte, certains en viennent à lancer leur sac au moment du passage du camion

Christophe Fritsch qui déplore des incivilités en ce moment. "Par crainte, certains en viennent à lancer leur sac au moment du passage du camion, d'autres n'osent plus tirer le bac sur le trottoir et voudraient que l'équipage vienne le chercher, d'autres encore déposent les sacs au pied des conteneurs enterrés plutôt que de les mettre dedans, sans doute parce qu'ils ne veulent plus prendre la peine de soulever le couvercle. Il suffit peut-être de prendre un essuie-mains avant de descendre ou de se laver les mains en revenant."

Le directeur insiste : "On essaie, nous, d'avoir un service de collecte le plus efficace possible pour maintenir la ville propre et pour des questions de salubrité publique. Il faut aussi nous aider à ce que cette collecte puisse se réaliser dans les meilleures conditions".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess