Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : « ce sera catastrophique » pour les femmes victimes de violences conjugales

«Il est déconseillé de sortir. Il n’est pas interdit de fuir», c'est ce que répète le collectif Nous Toutes sur les réseaux sociaux, face aux mesures de confinement, qui pourraient-être catastrophiques pour les femmes victimes de violences. En Normandie, les associations cherchent des solutions.

Slogan lors d'une manifestation contre les violences conjugales.
Slogan lors d'une manifestation contre les violences conjugales. © Radio France - Philippe Thomain

"Ce sera catastrophique"

L'association Itinéraires a actionné la sonnette d'alarme dès le début du confinement : "ce n'est pas une recrudescence qu'il y aura, c'est une catastrophe, ce sera catastrophique" lance un bénévole d'Itinéraires.

Après deux semaines de confinement, le ministère de l'intérieur a constaté une hausse de 32% des violences conjugales. 

"L'alcool accentue le problème du confinement"

"Le confinement peut déjà créer des tensions au sein d'un couple qui s'entend bien, alors dans un contexte de violences conjugales.." s'inquiète Nathalie Perringérard directrice du centre d'information sur les droits des femmes et des familles du Calvados. Et si on y ajoute, l'alccol qui est un autre sujet d'inquiétude pendant la période de confinement. "_Une femme nous appelé l'autre jour pour demander si elle devait accepter une relation sexuelle pour faire retomber la pression_, en clair elle devait accepter un viol !"

"Les femmes attendaient le départ du conjoint pour nous appeler"

Cheffe de service au CHRS (Centre d'Hébergement et de Réinsertion Sociale) Louise Michel à Cherbourg, Anne Florence Passily note la difficulté pour les femmes confinées avec un mari violent d'appeler à l'aide : "si le conjoint entend la conversation téléphonique, la situation peut s'envenimer, avant les femmes attendaient le départ du conjoint pour nous appeler." Anne Florence Passily insiste _: "les mesures de protection des victimes demeurent d’actualité, on peut ordonner au conjoint de quitter le domicile ce n'est pas toujours à la femme de partir !_".

Alors on fait quoi ?

Séverine Lelong, présidente d'Osez le Féminisme dans le Calvados rappelle que "le 3919 est un numéro d'écoute, de prévention, _si vous êtes victime de violences c'est le 17 qu'il faut appeler_". "D'où la nécessité d'avoir des gendarmes et policiers formés", rappelle le CHRS à Cherbourg. Nathalie Perringérard conseille aux victimes qui n'auraient d'autre choix que de fuir le domicile de "prendre leurs papiers, carte d'identité et carte vitale, et des vêtements. Et aussi des preuves des violences, des photos de marques de coups, des enregistrements de propos violents". 

Et malgré ce contexte bien sombre, elle trouve pourtant de quoi se réjouir. "Des propriétaires de gîtes et de chambres d'hôtes nous ont proposé des hébergements à titre gracieux". Des offres qui sont les bienvenues alors que les places dans les foyers d'urgence commencent à manquer. 

Réflexes à avoir et numéros utiles 

- 39 19 (violences conjugales), le 119 (enfance en danger) et le 115 (hébergement d'urgence)

- CIDFF, centre d’information des droits des femmes et des familles du Calvados 02 31 62 32 17

- Ne pas hésitez à faire le 17 (police ou gendarmerie) que vous soyez victimes ou témoins (voisins…)

- Une victime peut aussi se rendre dans une pharmacie pour donner l’alerte. Cette mesure est en cours de déploiement sur le Calvados. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu