Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Confinement : comment l'ESAT à Quetigny maintient le lien avec ses travailleurs handicapés ?

-
Par , France Bleu Bourgogne

Plus de 70 travailleurs handicapés sont liés à l'ESAT de Quetigny, en Côte-d'Or. Période de confinement oblige, ils ont été obligé d'arrêter leur activité. Mais l'ESAT reste quand même en contact avec eux, par exemple en leur proposant des activités.

Les travailleurs handicapés sont appelés au moins une fois par semaine par un salarié de l'ESAT.
Les travailleurs handicapés sont appelés au moins une fois par semaine par un salarié de l'ESAT. © Radio France - Denis Vivant

Comment garder un lien malgré la période de confinement ? Depuis près deux semaines, les 71 travailleurs de l'ESAT (Établissement et service d'aide par le travail) de Quetigny (Côte-d'Or) ont dû arrêter le travail. Ces salariés ont pour la plupart un handicap physique, comme une difficulté à marcher ou à voir, et travaillent en tant qu'ouvrier. 

L'ESAT, chargé de l'insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées, a donc été obligé de revoir son organisation, pour continuer à les accompagner. Denis Vivant est le Président de l'ESAT de Quetigny : "On a mis en place un suivi téléphonique régulier, mais aussi des activités de soutien, en organisant des conférence téléphoniques entre 7 et 8 personnes.", explique-t-il. 

S'assurer qu'ils gèrent bien leur quotidien

Objectif : s'assurer qu'ils vont bien pendant cette période d'isolement importante : "Ca doit permettre aussi de répondre à leurs besoins. Il y a des personnes qu'il faut suivre : ont-ils pris leur traitement médical ? Ont-il fait leurs courses ?" 

Jean-Christophe Thevenot fait partie des travailleurs handicapés de l'ESAT de Quetigny. Il a un syndrome parkinsonien. L'arrêt brutal de son activité lui complique un peu le quotidien, même s'il garde le moral : "C'est un peu difficile, car j'ai l'habitude de côtoyer du monde au travail. Mais je continue à faire des exercices physiques. Et surtout je communique par webcam avec ma famille et des collègues, et un salarié de l'ESAT m'appelle au moins une fois par semaine. Ca aide." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu