Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : "Coronavirus ou pas, la Toussaint, c'est sacré" dit une visiteuse au cimetière de Périgueux

-
Par , France Bleu Périgord

Cette année, les visites dans les cimetières pour la Toussaint sont un peu particulières, sur fond de confinement et de mesures sanitaires drastiques pour contenir l'épidémie. Mais ce samedi, les cimetières de Périgueux étaient malgré tout très fréquentés

Anny venue fleurir la tombe de ses parents pour la Toussaint à Périgueux, malgré le coronavirus et le confinement
Anny venue fleurir la tombe de ses parents pour la Toussaint à Périgueux, malgré le coronavirus et le confinement © Corbis - Antoine Balandra

C'est la Toussaint ce dimanche. Depuis ce samedi, vous êtes nombreux à vous rendre dans les cimetières pour fleurir la tombe de vos proches. Les cimetières restent ouverts ce week-end sur décision du gouvernement, et malgré le confinement.

Il n'y a pas de limite de distance pour se rendre dans les cimetières, une tolérance est appliquée jusqu'à ce soir. A partir de lundi, ce sera différent avec l'entrée en vigueur dans tous les cas de la règle des 1 km autour de chez vous. Mais en attendant au cimetière Saint-Georges de Périgueux, il y avait du monde malgré le confinement pour fleurir la tombe des défunts ce samedi sous le soleil. Comme Claude et sa compagne, venus de Manaurie, en Périgord noir.

"On a pas peur. C'est comme cela. On prend des précautions, on ne peut pas faire autrement, il faut bien vivre quand même" dit Claude

"C'est tout à fait normal de venir fêter ses morts, ce sont nos racines, il faut visiter le cimetière, c'est logique", dit Philippe, un ancien notaire de Périgueux venu les bras chargés de chrysanthèmes. 

Anny elle s'affaire sur la tombe de ses parents déjà couverte de fleurs. Cette octogénaire habite pourtant Hossegor sur la côte Landaise à 300 km de Périgueux. Mais pour elle, la Toussaint et l'amour de ses parents décédés étaient trop importants.  

Des tombes fleuries en cette Toussaint 2020 au cimetière Saint-Georges de Périgueux
Des tombes fleuries en cette Toussaint 2020 au cimetière Saint-Georges de Périgueux © Radio France - Antoine Balandra

"Je ne viens qu'une fois ou deux dans l'année. Je suis loin, donc je ne peux pas venir tout le temps. Mais j'ai pris un masque, j'ai pris des précautions" dit-elle.

Reportage avec Anny, venue d'Hossegor pour fleurir la tombe de ses parents à Périgueux

Avant d'entamer son périple vers le Périgord Anny a pris la peine de se renseigner : "disons que je suis allée à la mairie de Hossegor, je ne pensais même pas venir. Et un monsieur est entré en disant qu'il venait d'entendre à la télévision que toutes les personnes qui désirent aller sur les tombes peuvent y aller, alors pensez bien que je me suis empressée de préparer mes affaires et de venir" dit cette dynamique octogénaire. 

Après avoir honoré la mémoire de ses parents, Anny reprendra la route ce dimanche pour aller se confiner chez elle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess