Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déconfinement dans les Landes : il va falloir un peu attendre pour acheter son masque en pharmacie

-
Par , France Bleu Gascogne

Les pharmacies peuvent désormais vendre des masques grand public. Ils réclamaient cette mesure depuis plusieurs semaines. Le gouvernement a donné son feu vert. L'arrêté a été publié ce dimanche au Journal officiel.

Des masques lavables et réutilisables seront bientôt en vente dans les pharmacies landaises.
Des masques lavables et réutilisables seront bientôt en vente dans les pharmacies landaises. © Maxppp - Alexandre Marchi

Jusqu'à présent, les pharmaciens ne pouvaient pas vendre de masques au public. Les masques étaient réservés aux professionnels de santé. Mais depuis dimanche, les pharmaciens sont autorisés à vendre désormais les masques non sanitaires destinés au grand public. L'arrêté a été publié ce dimanche au Journal officiel

Mais entre l'annonce et l'achat, il va falloir patienter. Jean Watier est pharmacien à Lit-et-Mixe. Il est également conseiller ordinal pour l'Ordre des pharmaciens à Bordeaux.

France Bleu Gascogne : Depuis dimanche, les pharmacies sont à nouveau autorisées à vendre des masques. Est-ce une bonne nouvelle pour vous ?

Jean Watier : C’était une demande que l’on avait depuis un certain temps au niveau des officines. Nous avions des masques qui jusqu’à présent étaient réservés pour les personnels soignants. Et l’arrêté du 26 avril 2020, nous permet effectivement de délivrer des masques non sanitaires à la population en général. Ce sont des masques qui sont réutilisables, qui sont bien souvent en tissu et qui sont en fait des masques alternatifs. Pour rappel, les masques FFP2 ou chirurgicaux sont réservés au personnel soignant depuis le 3 mars 2020 suite à un décret et ce pour pallier un problème de stock lié à l’épidémie.

A partir d’aujourd’hui, la population peut donc acheter des masques dans les pharmacies landaises ?

Non car les masques sont encore en cours de fabrication pour la plupart. Certains pharmaciens ont anticipé l’achat de masques mais pour la plupart nous attendons les commandes que nous avons passées depuis dimanche. L’objectif est que, si on commence le déconfinement le 11 mai, chacun puisse avoir des masques. Il a été dit par le ministre de la santé, Olivier Véran, que dans un premier temps, les collectivités locales seraient amenées à délivrer des masques gratuitement aux Landais et aux Landaises. Et nous par la suite, on pourra effectivement en vendre, comme d’autres circuits de distribution car nous ne sommes pas les seuls sur le marché. La seule différence effectivement est que nous, nous avons des normes qui ont été imposées pour garantir une certaine qualité au niveau de ces masques. 

Quels seront les tarifs ?

Le prix médian sera je pense de 5 euros. Mais pour l’instant, on n’a pas les tarifs définitifs vu que là nous sommes dans une période où il y a beaucoup de demande. Mais après le marché va petit à petit se réguler.

Depuis le début du confinement, les pharmacies n’ont jamais fermé. Avez-vous rencontré des difficultés ?

C’est vrai que cela n’a pas été évident au départ. Quand le confinement est arrivé le 15 mars, il a fallu s’adapter. Mettre en place dans un 1ier temps dans nos officines les gestes barrières. Rassurer le personnel. Et en même temps, il y avait les patients qui avaient une certaine peur, voire pour certains de l’angoisse. A ceci, il a fallu ajouter la problématique des solutions hydroalcooliques. Nous avons réussi dans un premier temps à en fabriquer par nos propres moyens. Ensuite on a pu bénéficier de la production de certaines entreprises locales. Après on a eu la problématique des masques. C’est vrai que quand on nous a demandé de mettre à disposition des masques pour les soignants , ça c’est très bien passé pour les soignants mais il y a eu une petite incompréhension avec la population. Les personnels des officines ont su s’adapter à ces nouvelles missions. Il faut rappeler que 100% des pharmacies landaises sont restées ouvertes.

Avez-vous dû faire face à de l’agressivité ?

Oui, on ne peut pas le nier. Nous avons dû faire face à des demandes qui sont légitimes puisque les gens avaient aussi envie de se protéger. Mais on leur a expliqué que malgré tout il fallait attendre que tout se mette en place. Les masques sanitaires étaient destinés pour les soignants et leur permettre ainsi de travailler. Les masques non sanitaires il fallait le temps de les fabriquer et nous sommes dans ce temps-là. Il faut préparer le déconfinement dans de bonnes conditions. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess