Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement en Dordogne : "On est un lien social très important" dit une buraliste

-
Par , France Bleu Périgord

Elisabeth Hillaret est buraliste à Marsac-sur-l'Isle près de Périgueux depuis plus de 15 ans. En pleine épidémie de coronavirus, elle continue à travailler tous les matins. Avec une petit inquiétude, mais la conscience d'être utile au lien social.

Dabns un bureau de tabac, en pleine épidémie de coronavirus - illustration
Dabns un bureau de tabac, en pleine épidémie de coronavirus - illustration © Maxppp - Maxppp

Depuis le début du confinement, le commerce d'Elisabeth Hillaret est toujours ouvert, mais seulement le matin. La buraliste s'est alignée sur les horaires de la boulangerie, pour être raccord. Et elle a pris quelques précautions. Consciente d'être en première ligne, au contact du public.

"On a fait du balisage au sol, on se lave les mains, on désinfecte tout ce qui est touché par les gens, les présentoirs, on fait les gestes barrière pour tout le monde. On respecte cela", dit-elle.

"On ne cède pas à la panique ou à la paranoïa"

Mais Elisabeth Hillaret dit ne pas être trop inquiète : "Il y a toujours une petite inquiétude d'être contaminés nous aussi. On ne cède pas à la panique ou à la paranoïa. On fait ça aussi parce que quand on voit les clients arriver, ils sont contents, ils vont chercher leur journal, cela maintient un peu de vie".

Elisabeth Hillaret la buraliste de Marsac est donc consciente d'être devenue, peut-être plus encore en cette période, un lien social essentiel. "On est un lien social très important pour les gens. Mais on a quand même réduit un peu la voilure. Je ne suis ouverte que les matins, ensuite je profite de mes enfants et je me protège", explique la commerçante.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu