Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : 100% solidaire

Confinement en Dordogne : il court un semi-marathon depuis sa caserne de gendarmerie pour la bonne cause

-
Par , France Bleu Périgord

À deux jours des commémorations du 8 mai, un brigadier chef du peloton de surveillance et d'intervention (PSIG) de la gendarmerie de Ribérac a couru un semi-marathon depuis sa caserne pour soutenir notamment le Bleuet de France.

Le brigadier chef du peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie de Ribérac, Nicolas Mortier, a couru un semi-marathon depuis sa caserne ce mercredi
Le brigadier chef du peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie de Ribérac, Nicolas Mortier, a couru un semi-marathon depuis sa caserne ce mercredi - Gendarmerie 24

21,1 kilomètres en un peu plus d'une heure et vingt et une minutes, c'est le temps du brigadier chef du peloton de surveillance et d'intervention (PSIG) de la gendarmerie de Ribérac, Nicolas Mortier. Il a couru un semi-marathon depuis sa caserne ce mercredi. Malgré le sentiment de tourner en rond, l'action était pour la bonne cause. 

Rendre hommage aux anciens combattants 

L'opération visait à soutenir le Bleuet de France. "C'était pour venir en aide et représenter cette association caritative, en hommage aux personnes blessées lors d'opération extérieure", explique Nicolas Mortier, lui-même blessé en intervention en mai 2019. 

Nicolas Mortier, brigadier chef du peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie de Ribérac

La date de cette course n'a pas été choisie au hasard, elle a lieu à deux jours des commémorations du 8 mai. "C'est le devoir de mémoire pour nos anciens combattants qui ont donné parfois plus que de raison pour leur pays. C'est pour leur dire qu'on ne les oublie pas", ajoute-t-il.

Il a d’ailleurs été accompagné, à distance, sur les 100 derniers mètres par un ancien combattant de Brantôme. 

La course avait pour but notamment de soutenir le Bleuet de France
La course avait pour but notamment de soutenir le Bleuet de France - Gendarmerie 24
Choix de la station

À venir dansDanssecondess