Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : la nécessaire mais difficile reprise du travail pour les artisans savoyards du BTP

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

La France est encore en plein confinement mais certains ont déjà repris le chemin du travail, notamment dans le secteur du BTP. En Savoie, les artisans sont sur le pont en respectant les consignes de sécurité mais doivent faire face à plusieurs difficultés.

Illustration chantier
Illustration chantier © Radio France - Luc Chemla

Il reste au minimum trois semaines de confinement mais de plus en plus d’entreprises commencent à reprendre le travail, notamment dans le secteur du BTP. Une reprise obligatoire car les pertes économiques commencent à être lourdes après un mois d'inactivité pour la plupart. 

"Il faut vite reprendre, même de façon dégradée"

Un constat établi par Christophe Gonnard, président en Savoie du syndicat patronal de l’artisanat du bâtiment, la CAPEB. "Ca devient effectivement très difficile car on a eu un effet que l'on avait pas mesuré : le confinement bloque certains paiements, notamment sur les marchés publics. On a également des clients qui ont du mal à établir les paiements. Il faut vraiment rentrer de l'argent et avoir cette activité. Même en mode dégradé mais il faut reprendre rapidement l'activité pour éviter que des entreprises se retrouvent en situation de redressement ou cessation de paiement."

"Si on finit l'année avec un résultat à zéro, je serai content" - Ronan Cabon, électricien à Barberaz

Ronan Cabon est électricien à Barberaz et avec ses cinq salariés il a repris le travail il y a quelques jours. Il attendait notamment la parution "du guide des bonnes pratiques" pour retourner sur les chantiers en toute sécurité.  "On ne peut pas attendre indéfiniment au risque de fragiliser des entreprises saines." Ronan sait déjà que le confinement va laisser des traces sur son chiffre d’affaire. "Si on finit l'année avec un résultat à zéro, je serai content."  

Une organisation différente sur les chantiers

L'électricien tourne actuellement sur quatre chantiers contre une quinzaine avant le confinement. Le travail a repris mais avec, par sécurité, une nouvelle organisation. Les chantiers avancent donc au ralenti. "_Les habitudes sont fondamentalement modifiées. J'ai un chantier par exemple la semaine prochaine_, je sais que je vais avoir trois jours pour intervenir et après je ne pourrai plus y remettre les pieds avant au moins trois à quatre semaines. Le peintre aura trois jours, le plombier aura trois jours... Du fait de la coactivité, on va mettre un mois pour faire des tâches que l'on ferait en une semaine."

Un management des équipes à adapter

Les chefs d'entreprises doivent donc faire face à des difficultés d'organisation mais ce n'est pas tout. "Nous devons gérer le personnel c'est à dire les susceptibilités des uns, les problèmes des autres" détaille Christophe Gonnard, président de la CAPEB en Savoie. "Lors de la reprise on peut être confronté à des salariés qui ont peur. J'ai un exemple. Dans une entreprise de plomberie, il y a un salarié qui a relu tout le guide des bonnes pratiques et veut utiliser son droit de retrait. Comment fait-on ? On le met au chômage partiel, on lui solde des congés ? Cette reprise pose donc de nouveaux problèmes."

"Il peut y avoir un sentiment d'injustice entre les salariés" - Christophe Gonnard, président de la CAPEB en Savoie

Des tensions apparaissent également parfois entre ouvriers. "Dans les entreprises de dix salariés ou plus, certains doivent rester à la maison car ils sont à risque ou doivent garder les enfants, pendant que _d'autres sont sur les chantiers avec le sentiment de courir un danger_. Il peut y avoir un sentiment d'injustice qu'il faut gérer" commente Christophe Gonnard, également chef d'une entreprise de maçonnerie en Savoie. 

Des aides garanties par l'Etat 

Cette reprise est donc vitale pour certaines entreprises. Cependant, selon le président de la CAPEB en Savoie, "elle est chaotique et il ne faut pas que ça perdure. Elle va générer des surcoûts et les problèmes d'approvisionnement des matériaux vont retarder la mise en route. On va cumuler du retard." Pour aider les entreprises, notamment les artisans et indépendants, l’Etat a déjà annoncé un certain nombre de mesures comme le report de certaines charges, le prêt garanti par l’Etat,  la mise en place de mesures d’activité partielle ou encore le recours au fond de solidarité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess