Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : la saison des mariages s'annonce chaotique dans le Limousin

-
Par , France Bleu Creuse, France Bleu Limousin

Les reports de mariages s'enchainent dans les mairies du Limousin. Derrière les annulations, de nombreux prestataires (atelier de couture, traiteurs, photographes) sont obligés de revoir leurs agendas, les prestations s'annulant une à une.

La saison des mariages s'annonce compliquée
La saison des mariages s'annonce compliquée - La fée Corsetée

Ils prévoient cela depuis des mois, mais les couples creusois ont dû se résigner : annuler leur mariage. En consultant les prévisions de l'état civil de sa mairie, le maire de Guéret, Michel Vergnier est formel "les mariages du mois d'avril, c'est terminé, ceux de mai commencent aussi à être annulés". Pour le moment trois célébrations d'unions civiles sont déjà reportées auxquelles il faut ajouter les annulations de baptêmes républicains. 

Des annulations qui arrivent alors que le confinement est toujours de vigueur. Si au départ un flou demeurait, le ministère de l'intérieur avait finalement tranché par la voix de Christophe Castaner : "il n'y a plus de célébration de mariage". Un crève-coeur pour les couples qui ont donc dû appeler la mairie de Guéret pour annuler la cérémonie "les gens s'attendaient à un vrai moment de célébration, il faudra attendre quelques mois" note Michel Vergnier, maire de Guéret.

"C'est vraiment la poisse"

Maryse et Yannick, par exemple, devait se dire "oui" le samedi 11 avril. Finalement, le couple de Genouillac, a dû tout reporter. "Une partie des boissons et la nourriture que nous avions acheté ne tiendront pas jusqu'à l'été, se désole la future mariée. Comme en plus, nous sommes au chômage partiel à cause du confinement, c'est très compliqué, financièrement."

Sans compter les invités. Ils devaient être environ 80 à assister aux noces, dont la belle-famille de Maryse, qui devait arriver de La Réunion. "Ils essaient de modifier ou de se faire rembourser leurs billets d'avion, explique Maryse. Il y a aussi les autres membres de nos familles et nos amis, qui viennent de loin. Ils ne pourront pas tous être là en juillet." Certains ont déjà prévu des vacances, d'autres ne peuvent pas prendre des congés avant août.

Les dragées, les faires-parts, les alliances... le 11 avril était partout. "On va barrer la date, écrire LOL à côté, parce qu'il faut bien garder son humour et on va inscrire au stylo noir la date du 11 juillet", raconte la jeune femme, fataliste. Pour les alliances, elle espère que la bijouterie pourra arranger la gravure. Pour la salle de fête, elle n'est pas disponible cet été, le couple se rabat donc sur une célébration chez eux.

Maryse et Yannick préparaient ce moment de fête depuis un an et demi. Non seulement tout est tombé à l'eau, mais ils ne sont même pas certains qu'ils pourront bien se marier comme ils le souhaitent en juillet. "On verra et on rappellera tout le monde au mois de juin, conclut Maryse. C'est vraiment la poisse."

Une filière de l'événementiel en difficulté 

Derrière, c'est toute l'industrie du mariage qui doit se réadapter. Nadia Autier, couturière à la Fée Corsetée à Limoges confectionne en temps normal une trentaine de robes de mariées sur l'année. "Mon premier mariage, le 8 mai, est reporté, idem pour celui d'après". Une situation difficile car sa petite entreprise n'a pour le moment reçu que des acomptes et ne peut trouver un équilibre financier que lorsque les robes sont entièrement payées. "Je confectionne des robes sur-mesure, je ne peux donc pas les livrer aujourd'hui pour des mariages reportés dans un an, car les corps vont changer." 

Sa trésorerie restera donc en attente. Pour le moment ses commandes de mai et de juin sont reportées jusqu'en 2021. Pour s'occuper la couturière a donc décidé de mettre ses talents au service de la lutte contre le COVID-19 en se lançant dans une production quasi-industrielle de masques en tissu : "J'en produit plusieurs dizaines par jour."

Des reports qui inquiètent

Si Nadia Autier intervient en amont des mariages, les prestataires du jour, les photographes ou les traiteurs sont eux aussi en difficulté. C'est par exemple le cas de Vincent Depoux, traiteur à Éveaux-Les-Bains dans la Creuse. Son carnet de commande, lui aussi, se réduit désormais à peau de chagrin

D'autant plus que les reports commencent à s'étendre jusqu'à l'automne, ce qui risque de ne pas arranger de nombreux prestataires : "je n'ai plus du tout de places en septembre, désormais on me propose des mariages en octobre, ce n'est plus la même ambiance". Une nuit qui tombe tôt avec sa fraicheur et ce sont des cérémonies moins gourmandes et moins longues qui se profilent. 

La saison des mariages est donc déjà bouleversée. Pour le reste des reports, l'année prochaine est la priorité. D'ores et déjà, Vincent et Nadia s'attendent à une année 2021 très intense à l'image de la couturière limougeaude : "Ce sera forcément difficile, plus j'aurai de robes reportées à l'an prochain, plus il faudra coudre dans un temps resserré". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess