Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : "il y a urgence", la SPA de Savoie lance un appel aux dons

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Les temps sont durs pour la SPA de Savoie en cette période de confinement. L'association évalue ses pertes à 10.000 euros par semaine et lance donc un appel aux dons. Mais elle doit aussi faire face à une surcharge de travail liée à l'accueil en hausse de chiens.

Chien dans un box à la SPA
Chien dans un box à la SPA © Radio France - Valentine Letesse

10.000 euros. C'est le montant des pertes par semaine estimées par la SPA de Savoie en cette période de confinement. Un chiffre impressionnant qui inquiète l'association et la pousse donc un lancer un appel aux dons. Deux cagnottes, à retrouver ici et ici, viennent ainsi d'être créées pour limiter la catastrophe économique. 

"Notre trésorerie fond" - Robin Vedie, président de la SPA de Savoie

Il y a "véritablement urgence" selon Robin Vedie, le président de la SPA de Savoie. "C'est toujours compliqué ces histoires d'argent et de collectes car on a l'impression de faire la manche et on s'en excuse. Mais _c'est pour le bien-être de nos animaux._" 

Plus de rentrée d'argent...

La principale conséquence du confinement c'est "qu'aujourd'hui, _on n'a plus l'activité ordinaire de vente des objets et d'adoption des chiens_. Lorsque que l'on fait adopter un animal on demande une petite rétribution qui permet de compenser le temps de séjour. Cela permet de faire vivre le refuge et payer les charges, notamment les salaires. Désormais, on n'a plus de rentrée d'argent.

...mais ce n'est pas le seul problème

Outre l'aspect économique, la SPA de Savoie est confrontée à un autre problème causé par le confinement. Elle accueille de plus en plus de chiens dans son refuge situé à Chambéry. Il y en a désormais 54 contre 44 avant le confinement. "On est limité à 50 boxes et là on est au delà" détaille Robin Vedie, président de la SPA de Savoie. "On peut les accueillir grâce aux nouvelles directives mais du coup cela apporte plus de travail. La situation est ambivalente car d'un côté il faut tout faire pour qu'il y ai le moins de personnes au refuge et en même temps on a des animaux qui arrivent et demandent donc du travail." 

"Rien n'empêche de garder l'animal pendant le confinement"

Cette hausse du nombre de chiens accueillis s'explique par une baisse des adoptions, les gens ne pouvant sortir, mais ce n'est pas tout. "On a eu des gens qui ont ramené quelques chiens car ils s'occupaient des chiens de la famille mais ne pouvaient plus le faire avec le confinement. Il y a également eu d'autres situations où le propriétaire ne donnait plus de signe de vie." Robin Vedie tient à rappeler que "rien n'empêche de garder l'animal en cette période de confinement. Il faut temporiser.  On verra au moment du déconfinement quelles solutions apporter dans les situations d'abandon". Pour désengorger le centre, une quinzaine de chiens vont être placés cette semaine dans des "familles d'accueil".

L'adoption via internet ne satisfait pas

Au total, la SPA de Savoie accueille actuellement 90 animaux, dont une une vingtaine de chats. Le gouvernement vient d'annoncer qu'une dérogation sera possible à partir de jeudi pour adopter un animal. Il faudra le choisir sur le site internet de la SPA puis venir dans un refuge avec une attestation spéciale. Mais comme dans d'autres départements du pays, cette solution ne sera pas mise en place par la SPA de Savoie. "Pour les adoptions on préfère attendre la fin du confinement car on ne choisit pas un animal sur internet" précise son président. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess