Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : le coup de gueule d'une fleuriste caennaise concernant le muguet du 1er mai

Fleuristes fermés, mais livraisons et drive autorisés... Les annonces du ministre de l'Agriculture concernant le 1er mai passent mal du côté des fleuristes normands.

Cette année pour le 1er mai, les fleuristes n'auront pas le droit d'ouvrir et les ventes à la sauvette seront interdites.
Cette année pour le 1er mai, les fleuristes n'auront pas le droit d'ouvrir et les ventes à la sauvette seront interdites. © Radio France - Véronique Houdan

"Je suis très en colère, c'est inadmissible", lance Sophie Amice Lerebourg, présidente de la Chambre syndicale des fleuristes normands, qui n'a pas digéré la récente annonce du ministre de l'Agriculture. Pour le 1er mai, les fleuristes resteront fermés. Les livraisons et la vente à emporter seront autorisées. 

Mais pour cette fleuriste caennaise, le plus dur à accepter est que les commerces autorisés à ouvrir, tels que les boulangeries ou boucheries, auront le droit de vendre du muguet. "C'est un gros coup dur... Le muguet c'est très important pour les fleuristes. Il faut que chacun reste à sa place", poursuit-elle.

La professionnelle explique que les clients ne sont pas habitués à commander ou se faire livrer du muguet, et que les petites structures ne sont pas adaptées pour ça. Elle espère également que l'interdiction des ventes à la sauvette sera respectée.

Un sentiment d'injustice

"En plus de ça, plusieurs fleuristes n'ont toujours pas reçu les aides financières promises par le gouvernement, on se sent totalement délaissés. Et c'est encore la grande distribution qui va en profiter, c'est injuste", soupire Sophie Amice Lerebourg.

Elle est rejointe sur ce point par Gilles Costil, dirigeant de la société Horticole Costil à Hérouville-Saint-Clair. Depuis le confinement, les fleuristes et jardineries étant fermés, ce producteur grossiste n'a plus de points de vente. Habituellement, entre 8 000 et 10 000 pots de muguets sont produits par cette société, mais pas cette année. 

"C'est une grosse perte de chiffre d'affaires, mais je n'ai pas voulu prendre le risque de produire", explique Gilles Costil, qui dénonce un abandon des fleuristes. 

"Ils sont laissés pour compte. C'est la grande distribution qui va prendre des parts de marché sur ce produit, et ça je trouve ça lamentable pour la profession", conclut-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess