Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : 100% solidaire

"On perd 90 000 euros par mois" : en plein confinement, le Secours populaire 76 appelle aux dons

Depuis le début du confinement, les bénévoles du Secours populaire français (SPF) multiplient les actions d'aides aux familles isolées en Seine-Maritime. 1 500 d'entre elles ont reçu des colis alimentaires en trois semaines. Mais l'engagement est coûteux au SPF 76, qui appelle aux dons.

L'association humanitaire est en première ligne depuis trois semaines et le début du confinement.
L'association humanitaire est en première ligne depuis trois semaines et le début du confinement. © Radio France - Victor Vasseur

Aider les personnes isolées, exclues, en difficulté, le Secours populaire de Seine-Maritime n'a pas attendu le confinement pour le faire. Mais en pleine crise sanitaire liée au coronavirus Covid-19, l'association humanitaire normande a multiplié les actions ces trois dernières semaines. Selon elle, 6 000 personnes isolées ont reçu une aide alimentaire en Seine-Maritime, depuis le début de la crise. 

1 500 familles et des dizaines d'étudiants seuls

Ce chiffre représente 1 500 familles seino-marines soutenues par le Secours populaire français (SPF) depuis le 15 mars, mais aussi "plus d'une centaine d’étudiants isolés" qui ont pu bénéficier des colis alimentaires de l'association, qui s'y est prise de deux manières : soit en allant directement auprès des personnes les plus touchées par le confinement (résidences étudiantes, centres d'hébergement, etc), soit en recevant individuellement les personnes dans leurs différents locaux en Seine-Maritime.

Outre l'aide alimentaire essentielle, la grosse centaine de bénévoles actifs du Secours populaire sont mobilisés à plus large échelle, affirme l'association : depuis le début de la crise sanitaire, ils dégainent le téléphone pour discuter avec les plus fragiles (une idée réalisée par divers acteurs du territoire normand, qui a fait l'objet de notre "Belle initiative France Bleu" de ce lundi 6 avril). 

Ils proposent aussi leur aide aux familles et à leurs enfants pour les devoirs et l'école, et glissent parfois quelques surprises dans les colis alimentaires : coloriages pour enfants, jeux de société, livres, etc.

Appel aux dons

L'association caritative l'assure : elle tient à maintenir ses efforts pendant la crise, quoi qu'il en coûte. Et justement, au vu des demandes et de la fermetures d'autres structures associatives, le coût s'en ressent fortement : en un mois, le Secours populaire 76 a perdu 90 000 euros

"C'est la première fois qu'on perd autant d'argent", avoue Emilie le Bigre, secrétaire générale de la fédération de Seine-Maritime "Normalement, on vend vêtements, livres, jouets... Là on a priorisé l'aide alimentaire d'urgence." Le SPF a annulé annulé toutes ses ventes, dont une bourse aux livres prévue les 4 et 5 avril à la Halle aux Toiles à Rouen, et qui lui rapporte 17 000 euros par an.

En résumé, les colis alimentaires sont achetés sur les réserves de l'association : "On ne fait évidemment plus de collectes et de ramasses dans les supermarchés, impossible de respecter les mesures sanitaires", ajoute la secrétaire générale.

"La force du Secours populaire, ce sont ses bénévoles !" - Emilie le Bigre, du SPF 76.

C'est pourquoi un appel aux dons est lancé pour soutenir le SPF en Seine-Maritime. Le don s'effectue de manière ponctuelle ou mensuelle, sur une plateforme en ligne sécurisée. Le montant est libre, sachant que l'asso estime avoir "besoin d’un soutien à la hauteur de plusieurs milliers d’euros".

Combien exactement ? "Autant que possible, on perd 90 000 euros par mois", grince Emilie le Bigre. Passée l'appréhension, elle salue l'implication des bénévoles : "On s'est rendus compte qu'on avait des héros solidaires, qui veulent continuer à aider, rester présents. La force du Secours populaire, ce sont ses bénévoles !"

Le SPF près de chez vous

Un point sur les antennes du Secours populaire en Seine-Maritime, et sur leurs modalités d'ouverture :

  • Darnétal, rue Louis Potérat : l'antenne est fermée sauf pour les colis d'urgence, un numéro de téléphone est joignable : le 06 71 08 75 18.
  • Elbeuf, cours Gambetta : uniquement sur rendez-vous, l'antenne ouvre mardi et jeudi de 14h à 16h30. Téléphone : 06 52 84 59 96.
  • Gonfreville-l'Orcher, rue Maurice Thorez : ouvert les mardi 7 et jeudi 9 avril, et les mardi 5 et jeudi 7 mai.
  • Rouen, rue Louis Poterat : ouvert le lundi et jeudi de 14h à 17h sur rendez-vous. Téléphone : 02 35 72 15 56 ou mail : rouen@spf76.org.
  • Bolbec, rue Alcide Damboise : tous les matins de 9h à 12h.
  • Fécamp, rue de l'Aumône : aide exceptionnelle sous forme de bons d'achats envoyés par la poste.
  • Harfleur, rue Jean Barbe : sur rendez-vous pour les personnes envoyées par les assistantes sociales, le CCAS et le foyer Coallia.
  • Le Havre,allée Georges-Politzer : le lundi de 14h à 16h30, le mardi de 14h à 16h30, le jeudi de 10h à 12h et de 14h à 16h30, le vendredi de 14h à 16h30.
  • Mont-Saint-Aignan, rue Louis Pasteur : le mardi de 9h30 à 12h, le jeudi de 17h à 19h30 et le vendredi de 9h30 à 12h.
  • Oissel, allée André Maurois : le jeudi de 14h à 16h.
  • Le Petit-Quevilly, rue Joseph Lebas : mardi et jeudi de 9h30 à 12h.
  • Sotteville-lès-Rouen, rue Victor Hugo : du lundi au vendredi de 10h à 12h.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess