Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : certains restaurateurs et gérants de bar craignent de ne pas se relever

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Le déconfinement annoncé à partir du 11 mai par Emmanuel Macron ne concerne pas les bars et les restaurants. Pour les patrons de ces établissements, la situation est compliquée. "Nous sommes entrain de perdre notre métier", explique la propriétaire d’un bar d’Annecy en Haute-Savoie.

A Annecy, le bar de Karine est fermé depuis le 14 mars. Aujourd'hui, elle se dit inquiète pour sa profession.
A Annecy, le bar de Karine est fermé depuis le 14 mars. Aujourd'hui, elle se dit inquiète pour sa profession. © Radio France - Richard Vivion

La vieille ville d'Annecy est calme. Sur son vélo, Karine remonte la rue Sainte-Claire et s’arrête devant la devanture de son bar fermé depuis un mois. "C'était le samedi 14 mars à minuit et c'était violent", se souvient-elle. Aujourd'hui, si le rideau reste baissé elle passe tous les deux jours pour s’assurer que tout va bien. "Vérifier par exemple qu’il n’y a pas de fuite sur les frigo." Cette visite à son outil de travail est à chaque fois un crève-cœur. "Il y a la tristesse de ne plus pouvoir exercer le métier qu’on aime et de ne plus accueillir des clients qui viennent avant tout pour le lien social." 

Lundi soir, Karine était "comme tous les français" devant sa télévision pour écouter l’allocution d’Emmanuel Macron. Et nouveau coup au moral quand le président a annoncé que les bars et les restaurants ne pourraient pas rouvrir le 11 mai. "C’est un peu compliqué à comprendre", souffle-t-elle. "Les écoles oui et nous, non ! On ne peut toujours pas recevoir notre clientèle même si on applique des mesures sanitaires appropriées comme cela se passe dans d'autres commerces." Selon elle, les solutions existent pour recevoir la clientèle avec un maximum de sécurité. "Les beaux jours arrivent, on peut utiliser nos terrasses, espacer nos tables." 

"On nous dit que nous représentons le patrimoine culturel français mais je n’ai pas l’impression que l’on soit dans la tête de nos représentants politiques." - Karine, propriétaire d’un bar à Annecy 

REPORTAGE - Karine, propriétaire d'un bar à Annecy, s'inquiète pour l'avenir de son métier.

Zéro revenu

Derrière le comptoir de son bar, Karine ne cache plus son inquiétude et sa colère. "Le gouvernement propose de geler nos taxes et charges mais cela veut dire qu’un jour il faudra quand même les payer. Quel Français, avec zéro revenu depuis un mois, accepterait cela ?" Colère également contre les assurances. "Cela me parait évident qu’elles doivent mettre la main à la poche." Mais pour l’instant, rien. "Il va y avoir des drames, poursuit-elle. Nous sommes entrain de perdre notre métier." Et Karine a déjà fait ses comptes. "Si nous rouvrons en juin, j’aurai déjà 30 000 euros de dettes." Dans ses conditions, difficile dit-elle de repartir avec ses six salariés. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess