Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : les poules ont la cote dans la Manche

Le Mesnil-Rogues, France

Avec le confinement, les ventes d’œufs et poules s'envolent. De plus en plus de Français ont adopté une pondeuse pour joindre l'utile à l'agréable. Dans plusieurs élevages manchois, on s'adapte à l'engouement avec parfois des ventes qui ont triplé !

Chaque année, une poule produit entre 250 et 300 œufs, et consomme plus de 150 kilos de déchets alimentaires
Chaque année, une poule produit entre 250 et 300 œufs, et consomme plus de 150 kilos de déchets alimentaires © Maxppp - Nicolas CREACH

Depuis la mi-mars, les œufs font partie du hit parade des ventes. Alors pour éviter de passer par la case supermarché et bénéficier de bons œufs frais presque chaque jour, de plus en plus de Français ont décidé d'adopter des poules pondeuses. "La demande est énorme et croissante : on a plein de mails", admet Thomas Dano. Le Nantais est fondateur de Poule pour tous : depuis 2017, l'association récupère des poules rousses promises à l'abattoir pour les revendre auprès de particuliers (comptez sept euros l'animal). 

Même constat à La Ferme de Lucie, au Mesnil-Rogues, près de Gavray dans le Centre-Manche. "On a au moins triplé nos ventes avec le confinement", constate Céline Hachler, éleveuse : 300 poules vendues. A tel point que la Manchoise a du revoir sa stratégie :  "On avait des portes ouvertes le week-end du 21 mars. Avec le confinement, on a du annuler. Depuis mi-mars, on ne peut plus faire de visites", explique Céline. Question : que faire de toutes ces poules ? "On a du s'adapter. On a décidé de faire des livraisons dans un périmètre de 100 kilomètres autour de la ferme. Il y a eu tout un travail en amont sur les frais de livraison, les cartons, etc.", souligne  la productrice. 

Economie et écologie

A la ferme de Lucie, les prix d'achat pour une poule pondeuse démarrent à treize euros ; puis 31 pour les poules de races. Prix auquel il faut ajouter quatre euros pour le carton de transport, et un forfait pour la livraison : 

  • Moins de 25 kilomètres de la ferme : 10 euros (peu importe le nombre de poules)
  • Entre 26 et 50 kilomètres : 20 euros
  • Entre 51 et 100 kilomètres : 40 euros

"Ce sont des races très sociables, très calmes", note Céline. C'est donc l'idéal pour la famille. "Les poules n'ont que des avantages : des œufs frais presque chaque jour (250 à 300 œufs en moyenne selon les races), c'est écologique car une poule consomme 150 kilos de déchets alimentaires par an, et ça permet d'occuper les enfants", confie Thomas Dano. 

Bien sûr, c'est mieux d'avoir un petit bout de jardin : "cinq mètres carrés en extérieur, avec un petit abri, un endroit pour manger et dormir, et l'affaire est faite", résume le fondateur de Poule pour tous

L'association Poule pour tous organise des distributions de volailles durant le mois de mai, notamment à La Beslière-Folligny et Troisgots dans la Manche.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu