Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Confinement : les professionnels bretons des chantiers navals autorisés à reprendre leur activité

Depuis le début du confinement mi mars, les chantiers navals étaient quasiment à l'arrêt. Depuis le 23 avril dernier, les professionnels sont autorisés à remettre les bateaux de plaisance à l'eau, afin de les préparer pour la saison estivale après plusieurs semaines de retard.

Photo d'illustration d'un chantier naval. Photo d'illustration d'un chantier naval.
Photo d'illustration d'un chantier naval. © Radio France - Aurélie Lagain

Les professionnels du nautisme sont désormais autorisés à mettre à l'eau les bateaux de plaisance, mais aussi de les emmener à leur anneau. Autorisation donnée ce jeudi 23 avril à la fédération des industries nautiques (FIN) pour débloquer la situation des chantiers navals qui étaient quasiment à l'arrêt depuis le début du confinement, mi mars. Après plusieurs semaines de retard, les chantiers navals vont pouvoir préparer au mieux la saison estivale.

Publicité
Logo France Bleu

C'est une bonne chose de pouvoir reprendre le travail, estime Pascal Brias, le gérant du chantier naval Bretagne Nautic à Port-la Forêt, un port de plaisance de La Forêt-Fouesnant (Finistère). La plupart de ses salariés a été mise au chômage technique pendant cette période de crise sanitaire. "L'économie doit redémarrer. Tout le monde a envie de retourner travailler et les plaisanciers nous appellent pour nous demander de préparer les bateaux", indique-t-il. 

Et les mesures de sécurité sont respectées : "Il n'y a qu'une personne qui travaille sur la mécanique, l'entretien ou le nettoyage du bateau. Les salariés sont isolés, l'un dans un atelier et l'autre dans une cale de bateau, ils ne se côtoient pas."

Plusieurs semaines de retard

Les professionnels des chantiers navals peuvent ainsi de nouveau intégralement préparer leurs bateaux en les nettoyant et les mettre à l'eau. "Jusque-là, nous avons fait quelques bateaux, mais à l'arrêt et hors de l'eau. Maintenant, nous allons pouvoir faire davantage de bateaux pour les plaisanciers, c'est déjà positif", ajoute Pascal Brias. Mais la préparation des bateaux a pris plusieurs semaines de retard. "C'est du temps de perdu pour l'entretien parce que le retard ne se rattrape jamais. Les plaisanciers vont devoir attendre leur bateau", regrette le gérant du chantier naval. 

Le retard ne se rattrape pas, c'est du temps de perdu. Les plaisanciers vont devoir attendre leur bateau.

Quant aux conséquences économiques sur son activité avec ce temps d'arrêt, Pascal Brias n'a pas assez de recul. "Je ne pourrai savoir que dans six mois. Si par exemple les plaisanciers n'ont pas le droit d'utiliser leur bateau au mois de juillet, cela aura des conséquences sur presque un an. Si l'activité ne reprend pas, les bateaux neufs ne seront pas livrés, les autres ne vont pas s'user non plus, donc il n'y aura pas d'entretien nécessaire à faire", explique Pascal Brias. 

Reste à savoir si les plaisanciers pourront profiter de leur bateau cet été. La fédération des industries nautiques réfléchit justement à une solution pour qu'ils puissent naviguer dès le déconfinement, en respectant les règles de sécurité sanitaire.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu