Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Confinement : premières visites depuis plus d'un mois à l'Ehpad de Merdrignac

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Comme d'autres établissements partout en France, l'Ehpad de Merdrignac (Côtes-d'Armor) a accueilli ses premiers visiteurs depuis le 11 mars, ce lundi. Séparés par une vitre, résidents et familles ont pu échanger quelques mots et partager quelques regards bienvenus.

De part et d'autre de la vitre, résidents et familles se sont retrouvés.
De part et d'autre de la vitre, résidents et familles se sont retrouvés. - Résidence des Genêts

Ils étaient prêts depuis plusieurs jours : les personnels de la résidence des Genêts, à Merdrignac, dans les Côtes-d’Armor, attendaient ça avec impatience. Ça, c'est l’annonce d'Edouard Philippe, dimanche, de l'autorisation des visites dans les Ehpad.  

30 minutes de visite derrière une vitre

"On a monté une pièce supplémentaire en plexiglas entre la salle à manger et la terrasse, explique Chloé Le Bars, la directrice. On était prêts dès vendredi soir"

Le petit sas monté pour l'occasion par l'équipe de l'Ehpad.
Le petit sas monté pour l'occasion par l'équipe de l'Ehpad. - Résidence des Genêts.

Et ce lundi, ce sas a accueilli quatre visites d'une demie heure, dont une résidente, qui, pour son anniversaire, a retrouvé sa famille. Des visites très encadrées, sans contact physique donc, avec gel hydroalcoolique mis à disposition et désinfection entre chaque passage. Des précautions nécessaires pour cet Ehpad qui compte 54 résidents, et qui n'a pas été touché par le coronavirus. 

Ça fait bizarre, elle avait les cheveux longs.

Première arrivée, ce lundi, Jeanne, 19 ans, est venue rendre visite à sa grand-mère, accompagnée de son père. Et Jeanne a trouvé sa grand-mère "bien. Ça fait bizarre, elle avait les cheveux longs, parce qu’elle n’a pas vu de coiffeur pendant un mois". La première visite reçue par Monique Robin, 83 ans, depuis le 11 mars. Une visite qui l'a rendue "très heureuse" d'avoir parlé "de choses et d'autres" avec sa famille. "C'est hyper particulier, avec une vitre qui nous sépare, poursuit Jeanne. Quand on parle au téléphone, on ne peut pas voir ses émotions. Là, on a pu la voir sourire".  

Témoignages à la résidence des Genêts.

Des sourires qu'ont bien repéré l'équipe de la résidence de Genêts. "On a vu des sourires jusqu'aux oreilles, se réjouit Chloé Le Bars. On leur laissait un peu d'intimité, et on a entendu des rires. D'habitude, on en entend aussi, mais là, ils n'avaient pas la même saveur. Parce que nous qui travaillons ici, on se sent impuissants. On a beau mettre en place tout ce qu'on peut comme énergie, comme animation, comme accompagnement comme présence... On avait un vrai sentiment d'impuissance, voire de culpabilité, parce qu'on n'est pas leur famille". 

Des rires et des sourires nécessaires alors que les associations travaillant avec les personnes âgées disaient leur inquiétude la semaine dernière, devant la possibilité d'un confinement prolongé pour les seniors. En Ehpad, plusieurs avaient évoqué le risque de "syndrome de glissement", qui voyait certains résidents se laisser mourir à cause de leur solitude. 

"Il y avait urgence pour certains résidents, confirme la directrice. Il y avait des situations de repli, de perte d'appétit, de mobilité... Des symptômes dépressifs". D'autres avaient du mal à saisir la situation, comme ce pensionnaire, qui, ce lundi, s'est montré "très froid" avec sa fille venue le voir, parce qu'il ne comprenait pas qu'elle ne soit pas venue ces dernières semaines. 

Mais, avec ces visites, "on retrouve de l’espoir, on voit une éclaircie", espère Chloé Le Bars. Avec quatre visites prévues par jour, près de la moitié des 54 résidents auront vu leur famille d'ici la fin de la semaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess