Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : témoignages de femmes victimes de violences

-
Par , France Bleu Nord

Les deux mois de confinement ont été un enfer pour les femmes victimes de violences conjugales. Maryline Lamand a recueilli leurs témoignages et les a compilés dans un ouvrage pour réveiller les consciences.

Pendant plus de deux mois, Maryline Lamand a recueilli les témoignages de femmes victimes
Pendant plus de deux mois, Maryline Lamand a recueilli les témoignages de femmes victimes © Radio France - Claire Mesrureur

"Rien de tel que d'avoir été victime pour comprendre la souffrance des autres"... A 60 ans, Maryline Lamand sait de quoi elle parle. Cette habitante d'Annay-sous-Lens, dans les Pas-de-Calais, a fait de son expérience personnelle une force qu'elle a décidé de mettre au service des autres.

En décembre de l'année dernière elle crée une association pour donner la parole aux victimes de violences conjugales.  Quelques semaines plus tard, le confinement est ordonné partout en France. Le numéro d'appel de l'association explose littéralement. "Je garde en souvenir le 22 mars, près de 25 appels dans la journée". 

A chaque fois, Maryline Lamand prend des notes, "_un peu comme un journal intime, et je note aussi mon ressent_i".  Parce-que le quotidien d'une femme victime de violences est dicté par le rythme journalier. "Quand le mari part au travail, ce sont 8h de répit, et puis quand il revient, on encaisse, et puis on passe au lit". 

Le confinement c'était comme des vacances forcées

Durant les deux mois du confinement, les couples ont vécu en vase clos. Alors les violences se sont multipliées comme pendant les vacances que redoutent tant les femmes victimes.

Alors durant cette période, Maryline a recueilli la paroles de femmes qui n'osaient pas se dévoiler par ailleurs.

Ecouter: des témoignages plus poignants les uns que les autres

Pour que ces témoignages ne restent pas lettre morte, Maryline Lamand a donc choisi de les partager. "Il faut que les victimes sachent qu'elles ne sont pas seules, mais que les politiques réagissent à leur tour pour leur offrir des solutions de repli".

Ecouter: le reportage de Claire Mesureur

Choix de la station

À venir dansDanssecondess