Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Confinement : une permanence téléphonique pour soutenir les étudiants lorrains isolés

La fédération étudiante de Lorraine a lancé une une permanence téléphonique pour écouter et répondre aux interrogations des étudiants, notamment ceux qui font face à l'isolement en cette période de confinement.

Illustration du confinement en France. Etudiants et confinement.
Illustration du confinement en France. Etudiants et confinement. © Radio France - Valence

"Le but est de discuter avec l'étudiant, comme il pourrait le faire avec un camarade de classe habituellement". Pheakdey Touch, la président de Fedelor, la fédération étudiante de Lorraine, est aussi l'une des oreilles attentives de cette permanence téléphonique, spécialement lancée par l'association pendant cette période de confinement.

Une hotline ouverte tous les jours

"Au début, les questions tournaient autour de l'université et des modalités de contrôle continu, mais maintenant il y a beaucoup d'appels d'étudiants isolés, seuls dans leur chambre universitaire", explique la présidente. Des volontaires de l'association sont disponibles pour leur répondre de 10h à 12h et de 14h à 19h tous les jours. 

Certaines situations sont plus compliquées que d'autres. "La dernière fois on a eu un appel d'une étudiante qui ne pouvait plus voir les psychologues de l'université à cause du confinement, raconte Pheakdey Touch. Elle se sentait seule et ne savait pas à qui parler." Lesdiscussions, qui peuvent durer cinq minutes ou bien plus, sont alors l'occasion de soutenir les étudiants.

C'est vrai qu'on ne s'imagine pas tout ce qu'ils peuvent ressentir et dans quelle situation ils sont psychologiquement

"A chaque fois que le téléphone sonne, je ne sais pas trop comment réagir, je panique un peu au début puis je me dis que je suis là pour les étudiants, pour discuter avec eux, admet la présidente de l'association. C'est vrai qu'on ne s'imagine pas tout ce qu'ils peuvent ressentir et dans quelle situation ils sont psychologiquement."

La vice-présidente de l'association a suivi cette année une formation "premiers secours et santé mentale". Un bon moyen d'accompagner les étudiants qui interviennent sur la plateforme.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu