Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Conséquence de l'envolée du prix du beurre : les croissants vont coûter plus cher

mardi 5 septembre 2017 à 16:32 Par Typhaine Morin, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Le prix du croissant est en hausse en cette rentrée. En cause : une envolée spectaculaire du prix du beurre. Les boulangers et fabricants de biscuits s'inquiètent même ce mardi d'une "pénurie" de beurre dans l'agroalimentaire.

Le prix du beurre industriel a augmenté de 172% en 20 mois
Le prix du beurre industriel a augmenté de 172% en 20 mois © Maxppp -

A Nantes, dans le quartier Saint-Félix, la Petite Boulangerie va augmenter le prix du croissant, et passer de 0,95 à 1 euro la viennoiserie, après trois ou quatre ans sans augmentation. Comme partout, le boulanger est impacté par la hausse du prix du beurre. La Fédération des entreprises de boulangerie (FEB) s'inquiète ce mardi d'une "pénurie" de beurre. Le prix du beurre industriel, qui a augmenté de 172% en 20 mois, continue sa hausse. "Le prix des produits vendus aux consommateurs doit évoluer également", a averti la FEB.

De 2.500 à 6.800 euros la tonne

En avril 2016, une tonne de beurre industriel coûtait 2.500 euros, 4.500 euros en avril 2017, et elle coûte ce début septembre 6.800 euros. C'est la rareté qui coûte cher, et certains craignent même une "pénurie". "Des premiers cas de pénuries ont déjà été signalées ces derniers jours" chez les grossistes qui vendent aux industriels, indique ce mardi la FEB dans un communiqué. Une pénurie qui n'est toutefois "pas perceptible dans la grande distribution par le consommateur lambda", précise à l'AFP Mathieu Labbé, délégué général de la FEB.

La crise du beurre s'explique par plusieurs facteurs, indique la FEB. "Une demande de plus en plus forte de la part des pays émergents, des conditions météorologiques [...] nuisibles aux fourrages", la sécheresse, et de fait à la production de lait moyenne de l'été. Autre facteur, selon la FEB : "un retour à la mode du beurre qui n’est plus décrié comme un élément mauvais pour la santé".