Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Consultation des maires par le Sénat : des élus tourangeaux témoignent des violences du quotidien

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Ces incivilités, voire ces agressions, dont témoignent des maires de toute la France depuis la mort de leur collègue de Signes dans le Var en août dernier, des maires tourangeaux les connaissent eux aussi. Certains nous ont raconté ce qu'ils vivent au quotidien.

Les maires qui ont répondu à la consultation nationale parlent d'un sentiment de solitude, et surtout d'insécurité
Les maires qui ont répondu à la consultation nationale parlent d'un sentiment de solitude, et surtout d'insécurité © Maxppp - Vincent Isore

Tours, France

La consultation lancée par le Sénat il y a un mois, suite à l'agression dont a été victime le maire de Signes dans le Var, s'arrête ce dimanche. Il y a trois jours, 3380 maires, soit 10% de l'ensemble des maires de France, avaient répondu au questionnaire de la commission des lois. Une consultation qui vise à prendre la mesure des menaces et des agressions dont les élus peuvent faire l'objet, avant l'examen d'un projet de loi le mois prochain. Et les premières réponses confirment leur sentiment de solitude, et surtout d'insécurité. Ces maires sont confrontés à des réflexions, des menaces verbales, des agressions physiques. En cause souvent, des problèmes de voirie, de stationnement, de dépôt d'ordure ou encore d'occupation illégale du terrain. 

"Ils ont commencé à prendre ma cravate, à serrer ma cravate" - Michel Jollivet, maire de Neuillé-Pont-Pierre

Des incivilités, voire des agressions, que les élus tourangeaux connaissent eux aussi. Comme Michel Jollivet, qui est encore très marqué par ce jour de décembre 2017. A l'époque, le maire de Neuillé-Pont-Pierre va demander à des gens du voyage de quitter le lieu où ils sont installés illégalement pour rejoindre l'aire d'accueil de sa commune."Trois garçons se sont mis après moi. Ils m'ont agressé littéralement. Ils ont commencé à prendre ma cravate, à serrer ma cravate. J'ai commencé à souffrir, donc ils ont pris des coups. Moi j'en ai pris avant, car ils m'ont sauté dessus carrément à trois, alors je me suis défendu". 

"Aujourd'hui on peut tout se permettre avec un maire" - Vincent Louault, maire de Cigogné

Michel Jollivet ne porte pas plainte. Il estime aujourd'hui n'avoir pas été assez soutenu par les autorités nationales. Avec ce projet de loi qui est en préparation, il espère que l'Etat prendra cette fois la mesure des violences dont sont parfois victimes les élus. Le maire de Cigogné Vincent Louault, lui, reste sceptique. "La loi ne résout pas grand chose en France si elle n'est pas respectée et aujourd'hui on a une série de lois qui ne sont pas respectées. Quand il y a un délit qui est commis ou une atteinte à l'autorité du maire, automatiquement il faut une réponse rapide. En tant que maire, je veux pouvoir donner une sanction qui soit respectée et qui soit reprise par la justice". 

Lui-même a été agressé, menacé de mort en juin dernier, alors qu'il travaillait dans ses champs. Du matériel a été dégradé, le préjudice s'élève à 5000 euros. Le procès de ses agresseurs présumés doit se tenir en février prochain. Lui sent une nette dégradation depuis un an. "On sent une pression sociale et sociétale qui est importante avec un mal-être global. Certains habitants peuvent être agacés, vindicatifs, moins respectueux de la fonction. Aujourd'hui on peut tout se permettre avec un maire". 

Le projet de loi Engagement et proximité qui doit redonner autorité et pouvoir aux maires sera examiné au Sénat en octobre prochain. Le gouvernement espère une adoption avant la fin de l'année.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu