Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Contournement de Beynac

Contournement de Beynac : la Sepanso publie son estimation du prix de la destruction des travaux

-
Par , France Bleu Périgord

La Sepanso, association de défense de l'environnement en Dordogne, publie sa propre estimation du prix de la destruction des travaux de la déviation de Beynac. Pour elle, il serait possible d'économiser environ 8 millions d'euros.

Les piliers de la déviation de Beynac sont toujours là... pour l'instant
Les piliers de la déviation de Beynac sont toujours là... pour l'instant © Radio France - Antoine Balandra

L'association de défense de l'environnement, la Sepanso publie son estimation du coût de la démolition de la déviation de Beynac. Alors qu'a lieu en ce moment la session sur le budget prévisionnel 2020 au conseil départemental, les élus ont demandé une étude pour chiffrer le montant de la démolition sans doute entre 12 et 15 millions d'euros. D'ailleurs, les 11 millions prévus cette année et les 11 millions prévus l'an prochain pour Beynac sont maintenus au budget pour détruire ou finir la déviation.

Sauf que pour la SEPANSO, c'est exagéré. L'association a fait faire un dossier technique sur le coût de la démolition et le chiffre à 3.161.000 euros. Soit une économie selon elle d'au moins huit millions d'euros. Vous le savez le département a été condamné à détruire les travaux déjà réalisés pour le contournement par la cour administrative d'appel. Mais il prévoit d'aller devant le conseil d'Etat.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu