Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Contre le coronavirus, des secouristes creusois aux côtés des soignants d’Île-de-France

-
Par , France Bleu Creuse

Une dizaine de bénévoles creusois ont renforcé les équipes soignantes d'Île-de-France au plus fort de l'épidémie de Covid-19. Envoyés par l'Union départementale des premiers secours, ils se sont notamment relayés dans les Ehpad.

L'UDPS 23 a envoyé une dizaine de volontaires en Île-de-France.
L'UDPS 23 a envoyé une dizaine de volontaires en Île-de-France. - UDPS 23

Mission accomplie pour les secouristes creusois de l'Union départementale des premiers secours (UDPS 23). Au plus fort de l'épidémie de coronavirus, début avril, une dizaine de volontaires de l'association ont prêté main forte aux soignants d'Île de France. Pendant cinq semaines, ces bénévoles se sont relayés par petits groupes en Seine-et-Marne et en Seine-Saint-Denis. Les derniers sont revenus le 20 mai en Creuse.

Jean-Noël James, volontaire creusois de 32 ans

Chaque équipe restait cinq jours environ sur place. "Notre objectif était de soulager le personnel en place, on a partout été bien accueillis", résume Jean-Noël James, volontaire guérétois de 31 ans. Dans les Ehpad, leur rôle consistait à prendre les constantes des résidents (pouls, température, saturation en oxygène, tension) et assurer la logistique, comme porter des caisses ou remplir des petites bouteilles de solution hydroalcoolique. Ils ont également participé au transport des résidents, aidé le SAMU pour la régulation et assuré des missions de secours aux côtés des pompiers.

Tous les volontaires de l'UDPS 23 sont des secouristes bénévoles.
Tous les volontaires de l'UDPS 23 sont des secouristes bénévoles. - UDPS 23

"On se sentait utiles"

Antoine Rousselet n’a que 18 ans mais il n’a pas hésité à faire ses valises ; ce pompier volontaire à Guéret est donc parti une semaine dans un Ehpad d’Île de France : "On se sentait utile quand les infirmiers nous remerciaient, on leur enlevait une épine du pied en faisant tout cela. Ils avaient davantage de travail à cause de toutes les précautions à prendre, on les a bien épaulés."

Là où j'étais, ils avaient vingt morts et une aide-soignante décédée, les équipes étaient traumatisées

Il est revenu de sa mission un peu différent : "Ça fait un coup de voir une crise sanitaire en direct, d'être en plein dedans et ne pas la suivre à la télé." Cette expérience a confirmé son projet de devenir pompier de Paris : "J'ai envie d'être à la portée des gens et de les aider."

Les bénévoles creusois ont apporté leur soutien aux personnels d'Ehpad, au Samu et aux pompiers d'Île-de-France.
Les bénévoles creusois ont apporté leur soutien aux personnels d'Ehpad, au Samu et aux pompiers d'Île-de-France. - UDPPS 23

"S'il le fallait, j'y retournerai"

Jean-Noël James a également été beaucoup marqué par cette expérience : "On se rend compte qu'en Creuse on est quand même au calme, malgré le Covid. J'ai découvert plein de choses, par exemple dans l'Ehpad où j'étais, un étage entier était entièrement réservé aux résidents atteints du Covid, ce qui représente vingt-cinq personnes. Chaque Ehpad compte au moins vingt morts ; là où j'étais, ils avaient vingt morts et une aide-soignante décédée, donc les équipes étaient assez traumatisées."

Une expérience hors du commun

Cet étudiant infirmier ne regrette pas d'avoir donné de son temps pendant le confinement : "C'était une aventure humaine et professionnelle très enrichissante ; s'il le fallait, j'y retournerai sans problème."

Le président de l'UDPS 23, Guillaume Demazy, sait en effet qu'il peut compter sur ces volontaires, en cas de nouvelle vague de l'épidémie : "Dans le contexte actuel, on a besoin de solidarité. C'était une expérience hors du commun, assez épuisante pour eux, je suis très fier des secouristes creusois !"

ECOUTEZ - Le reportage France Bleu Creuse

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu