Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Contre le paquet de cigarettes à 10 euros, les buralistes des Pyrénées-Orientales bâchent 15 radars

vendredi 21 juillet 2017 à 8:42 Par Simon Colboc, France Bleu Roussillon

Pour protester contre un possible paquet de cigarettes à dix euros, les buralistes des Pyrénées-Orientales ont bâché plusieurs radars dans la nuit de jeudi à ce vendredi, notamment à Perpignan, Argelès-sur-Mer et Thuir.

Un radar bâché par les buralistes le 21 juillet 2017
Un radar bâché par les buralistes le 21 juillet 2017 - Alexandre Papaïs

Il ne devrait pas y avoir beaucoup de flashs ce vendredi le long des routes des Pyrénées-Orientales. Si le gouvernement semble déterminé à passer le prix du paquet de cigarettes à dix euros (contre en moyenne sept euros aujourd'hui), les buralistes, eux, s'organisent.

Première action coup de poing dans la nuit de jeudi à vendredi : les buralistes affirment avoir "bâché quinze radars automatiques le long des routes des Pyrénées-Orientales sur les grands axes de Perpignan, Céret, Argelès, Thuir, Prades ou encore au Boulou".

Entre la concurrence espagnole et andorrane, après aussi l'instauration du paquet neutre, les buralistes expliquent que le paquet à dix euros signerait l'arrêt de mort de la profession dans les Pyrénées-Orientales.

Selon Alain Lirola, le président du syndicat des buralistes des Pyrénées-Orientales, 110 bureaux de tabac ont fermé depuis 2002 dans le département. Il en reste aujourd'hui autour de 150.

Toujours selon Alain Lirola, 50% du tabac vendu à Perpignan le serait "en dehors des bureaux de tabac et des circuits légaux".

Alain Lirola, le président du syndicat des buralistes des Pyrénées-Orientales, explique pourquoi les buralistes ont ciblé les radars automatiques