Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Contre les agressions, une Strasbourgeoise crée des groupes Facebook pour ne pas rentrer seul

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Marie-Ange Fuchs a créé fin novembre une vingtaine de groupes Facebook par quartier de Strasbourg et pour des communes limitrophes, afin de mettre en contact des personnes qui veulent rentrer accompagnées de leur soirée.

Page Facebook "Marie Strasbourg", 2 décembre 2019
Page Facebook "Marie Strasbourg", 2 décembre 2019 © Radio France - Aude Raso

Strasbourg, France

C'est en lisant des témoignages de personnes agressées le soir à Strasbourg que Marie-Ange Fuchs a décidé de prendre les choses en main. "J'ai moi-même été agressée il y a un an, raconte cette consultante en communication de 26 ans. Je me suis dit : 'Il y a bien des personnes qui habitent à 500 mètres de chez moi, qui sortent dans le même secteur, et avec qui je pourrais rentrer'." 

Le 24 novembre, Marie-Ange crée des groupes Facebook, afin de mettre en relation des personnes qui veulent être raccompagnées après leur soirée. Le succès est fulgurant : 400 personnes se sont inscrites la première semaine, et à ce jour, il y en a près de 600. 

Face à l'afflux de demandes, Marie-Ange crée une vingtaine de groupes Facebook, un par quartier de Strasbourg, ainsi que pour les communes de Geispolsheim, Lingolsheim, Illkirch-Graffenstaden, Hoenheim et Vendenheim. Chaque groupe commence par l'intitulé "Rentrer en sécurité à...". "C'était impressionnant. J'avais des demandes parfois toutes les dix minutes, s'étonne la jeune Strasbourgeoise. Il y a aussi des personnes très jeunes qui s'inscrivent, des lycéens.

Les profils des inscrits sont sélectionnés

La majorité des membres sont des femmes, mais les groupes comptent également quelques hommes. Charles administre par exemple le groupe pour le centre-ville de Strasbourg. "C'est quelque chose qui me tient à cœur. J'ai toujours raccompagné mes amis en soirée. Si je le fais avec des amis, pourquoi pas avec d'autres gens ?", explique cet étudiant de 24 ans.

Marie-Ange et Charles, deux Strasbourgeois administrateurs des groupes Facebook, 2 décembre 2019 - Radio France
Marie-Ange et Charles, deux Strasbourgeois administrateurs des groupes Facebook, 2 décembre 2019 © Radio France - Aude Raso

Un problème se pose : comment être sûr que des potentiels agresseurs ne se glissent pas parmi les inscrits ? Marie-Ange et les administrateurs des groupes analysent les profils des demandeurs. "Si on estime que le profil Facebook de la personne ne donne pas assez d'informations, on organise un entretien, précise la jeune femme. Et par sécurité, nous n'acceptons pas les hommes au-delà d'environ 40 ans. Bien sûr, ils ne sont pas tous des agresseurs potentiels, mais on a plus de risque d'en trouver sur ce genre de profils"

Marie-Ange a bien conscience que la sélection est subjective. Pour établir des liens de confiance, elle et les administrateurs comptent organiser des après-midis de rencontre pour les inscrits.

Le risque zéro n'existe pas. Le but est de réduire le risque.

Pour trouver la liste des groupes Facebook par ville et par quartier, vous pouvez aller sur le profil de Marie Strasbourg.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu