Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Contre les terroristes au Mali, le 2e RIMa a beaucoup pris l'hélicoptère

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

Le retour des soldats du grand Ouest déployés au Sahel a été marqué ce vendredi à la préfecture du Mans. Le groupement tactique Richelieu, à présent dissous, rassemblait 500 militaires depuis septembre dernier. La traque des djihadistes est passée par les airs, dans des proportions inédites.

Les militaires du groupement Richelieu étaient réunis une dernière fois au Mans
Les militaires du groupement Richelieu étaient réunis une dernière fois au Mans © Radio France - Alexandre Chassignon

"Jamais un régiment en opération n'aura fait autant d'opérations héliportées avec un tel volume de combattants", écrit le colonel Georgin, chef de corps du 2e RIMa, dans le dernier ordre du jour du groupement Richelieu. Créé en septembre pour participer à l'opération Barkhane au Mali, il a été dissous ce vendredi au Mans, après le retour de ses derniers éléments. Il comprenait environ 300 marsouins du camp d'Auvours et 200 militaires d'autres unités du grand Ouest.

Déployé dans le nord du Mali, Richelieu avait pour mission d'empêcher les terroristes d'Aqmi de s'y constituer un sanctuaire. A cause des distances au Sahel (rien que le Nord-Mali est plus vaste que l'Hexagone), le groupement a énormément eu recours aux hélicoptères de l'Alat, pour "créer la surprise". A chaque fois, jusqu'à 150 militaires ont ainsi été transportés directement auprès de leur cible.

Avant le 2e RIMa, des régiments à dominante parachutiste avaient pourchassé les islamistes dans cette partie du pays.

"Quatre opérations majeures" - le colonel Georgin

"Jamais le matériel ne nous a abandonnés" note aussi le patron du 2e RIMa, comme soulagé. L'armée française  manque d’hélicoptères, beaucoup sont vieux et le sable les use plus vite. Ce risque mécanique compliquait davantage les missions.

Un adversaire "fugace"

"Notre adversaire est fugace, il nous évite" souligne le chef de corps des marsouins. Ses hommes ont plusieurs fois été frappés par "des engins explosifs, des mines, des tirs indirects". On déplore parmi les membres de Richelieu une vingtaine de blessés 'sans trop de gravité" au cours de ce déploiement. Dans le même temps les militaires français estiment avoir tué une dizaine de terroristes.

Richelieu rassemblait 500 militaires dont 300 du 2e RIMa - Radio France
Richelieu rassemblait 500 militaires dont 300 du 2e RIMa © Radio France - Alexandre Chassignon
Choix de la station

France Bleu