Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

COP21 : la police et la justice mobilisées en Seine-Saint-Denis

mercredi 11 novembre 2015 à 12:50 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

Comme le révèle, ce mercredi, notre consœur de France Inter, Nathalie Hernandez, la police s’inquiète de possibles violences en marge de la Conférence internationale sur le climat (COP21) qui s'ouvre le 30 novembre 2015. En Seine-Saint-Denis, la Justice aussi se prépare à agir.

La police est mobilisée pour la COP21
La police est mobilisée pour la COP21 © Maxppp

Le Bourget, France

La présence de milliers de personnes, délégations internationales, observateurs et journalistes, au salon du Bourget pour la COP21 à partir du 30 novembre et jusqu'au 11 décembre 2015 a de quoi donner des sueurs froides aux forces de l’ordre. A la menace terroriste très élevée, il faut ajouter le risque de débordements violents de militants de toutes sortes. Nos confrères de France Inter ont pu consulter une note très détaillée à ce sujet. Cette note destinée au directeur de la police nationale et au préfet de police de Paris indique que des "actions retentissantes " sont à prévoir.

Un possible blocage des transports et des autoroutes

L’auteur de cette note de 12 pages indique que la COP21 sera un rendez-vous majeur pour tous les activistes radicaux et surtout l’ultra gauche avec ses "Black Blocs", des opposants violents qui disposent d’un répertoire inventif de techniques d’insurrection. Certains de ses militants auraient même été incités à infiltrer les entreprises sollicitées par la COP21. Ils viseraient aussi les banques qui sont soupçonnées de financer des activités qui détruisent le climat. Il y aurait également EDF et le groupe industriel énergétique français "Engie" dans le collimateur.

Parmi leurs actions, il y aurait le blocage des transports en commun et des autoroutes. Le site du Bourget pourrait être visé le jour de la clôture de la COP21.

Selon les services britanniques, des activistes anglais ont prévu de lancer un appel à la désobéissance civile. Ils veulent bloquer les rues et occuper des sites parisiens si les participants de la COP21 ne s’engagent pas suffisamment. Quant aux Zadistes, ils sont attendus le 28 novembre à Paris.

Les drones sont à surveiller. En un an, des centrales nucléaires et des installations militaires ont été survolées une quarantaine de fois. Certains de ces survols ont été attribués aux écologistes radicaux.

Le parquet de Bobigny prend les devants

Des violences pourraient avoir lieu en marge de la Conférence sur le climat et le parquet de Bobigny veut être prêt à réagir. "Effet d’aubaine, tous les casseurs du département ou d’ailleurs peuvent être tentés de venir se joindre aux manifestations" même si elles sont pacifiques, indique Le bâtonnier Stéphane Campana à Sara Ghibaudo de France Inter.

Le tribunal de Bobigny se retrouverait en première ligne puisque l’essentiel des débats a lieu en Seine-Saint-Denis, au Bourget.

Le Parquet de Bobigny a décidé de prendre les devants et de s’organiser. Il augmente ses effectifs pour faire face à un éventuel afflux de gardes à vue et de comparutions. L’ordre des avocats de Seine-Saint-Denis se mobilise.  "On va faire appel à des volontaires. Je renforce par des avocats d’astreintes. A notre niveau, il faut qu’on soit présent pour ne pas gripper le système", précise le bâtonnier Stéphane Campana. "Et puis on est bien conscient qu’il y a des médias qui viennent du monde entier pour filmer des émeutes, ensuite ils auront peut-être envie d’aller au tribunal pour voir ce qui se passe. On va essayer de donner la meilleure image que l’on peut de notre justice et de notre juridiction".