Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements maintenus en vigilance rouge, 53 en orange

Coronavirus : "On a fait n'importe quoi dans les EHPAD"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu
France

Deux associations ont saisi le Conseil d'Etat pour dénoncer les inégalités d’accès aux soins hospitaliers et le tri dont sont victimes les personnes âgées.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Vincent Isore

Deux associations ont déposé une requête devant le Conseil d'Etat pour obtenir que le gouvernement fixe des règles concernant l'accès aux soins des personnes âgées victimes du Covid-19.

"On sait qu'il y a un tri des patients, par exemple certains ne peuvent pas supporter d'être intubés, mais ce tri doit être fait en fonction de critères médicaux précis, et non à cause d'une carence de moyens", explique, mercredi matin, sur France Bleu Paris, Michel Parigot, président de l'association "coronavictimes" , créée le 19 mars, et du Comité anti-amiante Jussieu. 

"Vous avez des personnes qui avaient des chances de s'en tirer et qui ne seront pas soignées faute de moyens

Michel Parigot dénonce le tri des patients face à l’accès aux soins : "Vous avez aujourd'hui des personnes avec une espérance de vie longue, qui avaient des chances de s'en tirer, et qui ne seront pas soignées faute de moyens", estime-t-il.  "Il y a aussi des personnes laissées à domicile, des personnes qui vont mourir à domicile et ne sont même pas comptées dans les statistiques.  Il y a aussi les résidents des ehpads qui sont victimes d’un tri structurel. Ils n’ont pas accès aux services de réanimation. Et _cela pose le problème des soins palliatifs_"

Le fondateur de l'association relève que les ehpads ne sont pas habituées à se substituer aux unités de soins palliatifs et n’ont pas les moyens pour le faire. "Et tout cela n’a pas été organisé en amont" ajoute-t'il.

Le problème vient l'inaction du gouvernement 

"Tout cela n’a pas été organisé en amont. Le problème est né de l'inaction de l'Etat en matière de prévention et d'adaptation du système hospitalier" dit Michel Parigot  qui ne mâche pas ses mots ce mercredi matin, en direct sur l'antenne de France Bleu : "on demande au gouvernement d'assumer ces choix au lieu de se défausser sur les médecins".

La requête introduite le 2 avril met en avant la "rupture d'égalité" tant dans l'accès aux soins que dans le traitement de la fin de vie.

Le référé-liberté demande au Conseil d'Etat "d'enjoindre au Premier ministre de prendre toutes les mesures nécessaires afin d'édicter, dans l'urgence, des directives et un protocole explicites et de mettre en place une organisation pratique pour encadrer la décision de faire bénéficier de soins hospitaliers ou de laisser mourir les personnes qui se trouvent dans les Ehpad ou à domicile et qui sont atteintes par des formes graves du Covid-19".  L'audience est prévue ce vendredi 10 avril à 15h.

En cas de décès, un test Covid-19 devrait être fait systématiquement pour établir les causes du décès et éventuellement permettre aux familles de réclamer une indemnisation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess