Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : 150 à 200.000 personnes sont venues se confiner en Loire-Atlantique

-
Par , France Bleu Loire Océan

C'est le préfet de Loire-Atlantique Claude d'Harcourt qui donne ce chiffre. Depuis le début des mesures de confinement, 150 à 200.000 personnes sont arrivées en Loire-Atlantique. Elles viennent essentiellement de région parisienne. Les mesures de contrôles des attestations se poursuivent.

Le littoral attire particulièremet ceux qui sont venus se confiner en Loire-Atlantique
Le littoral attire particulièremet ceux qui sont venus se confiner en Loire-Atlantique © Radio France - Anne Patinec

Selon le préfet de Loire-Atlantique, Claude d'Harcourt, 150 à 200.000 personnes sont arrivées dans le département, essentiellement sur la frange littorale, depuis l'annonce des mesures de confinement. Elles proviennent essentiellement de région parisienne "un territoire où le virus a circulé largement" souligne le représentant de l'Etat. Il ajoute que "certaines personnes qui tentaient de rejoindre la région après le début des mesures de confinement ont dû faire demi-tour sur ordre des forces de l'ordre".

Maintien des contrôles

Des consignes très strictes ont été données aux forces de l'ordre de faire respecter les mesures de confinement. L'hélicoptère de la gendarmerie survole régulièrement les plages , "qui ne sont pas un lieu de promenade et sont interdites", rappelle le préfet. Il ajoute que de Piriac à Pornic, la pression va se maintenir sur ces sites car "ce ne sont pas des lieux de villégiature". Selon les policiers et les gendarmes , le nombre de contrevenants en bord de mer a quand même tendance à diminuer par rapport à ma semaine dernière. L'amende coûte 135 euros. Pour l'instant, le représentant de l'Etat n'envisage pas de mesure de couvre-feu car "ça n'apporterait rien de plus".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu