Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : 60.000 vies ont pu être épargnées en France grâce au confinement, selon une étude

-
Par , France Bleu

Selon une étude publiée mercredi par des épidémiologistes de l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP), le confinement a permis d’éviter 61.700 morts dans les hôpitaux français.

Une banderole lors du confinement pendant la crise du coronavirus à Mulhouse
Une banderole lors du confinement pendant la crise du coronavirus à Mulhouse © Maxppp - Jean-François FREY

Alors que les manifestations anti-confinement se multiplient aux Etats-Unis, les Français semblent bien accepter cette restriction de liberté qui leur est imposée depuis le 17 mars. 

Et ce mercredi, une étude de l’EHESP (l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique) vient prouver le bien-fondé de cette mesure. Les chercheurs calculent que si nous n’étions pas rentrés chez nous en masse, à partir du 17 mars, le coronavirus aurait contaminé 23% de la population, soit près d’un Français sur quatre. 

La vague de cas graves aurait été bien plus forte. Il aurait fallu trouver 100.000 lits de réanimation dans tout le pays, 30.000 rien qu’en Ile de France. Soit quatre fois plus que le pic réel enregistré le 8 avril.   

Le résultat d’une soustraction

Dans ces conditions, l’étude estime que sans confinement, il y aurait eu près de 74.000 morts au total dans les hôpitaux français, entre le 19 mars et le 19 avril. Au lieu de cela, on en a compté 12.200. 

La soustraction est simple : plus de 60.000 vies ont été épargnées grâce aux efforts du confinement, 61.700 exactement dont 15.000 en région parisienne, et 7.700 dans le Grand Est qui sont les deux régions les plus touchées par l’épidémie. 

Et encore, ces résultats n’incluent pas le nombre encore trop approximatif, des morts à domicile ou en maison de retraite.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess