Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : à 85 ans il joue un air de saxophone tous les soirs à 20h

-
Par , , France Bleu Gard Lozère

Il a ressorti du placard son saxophone, pour envoyer chaque soir un message de soutien aux personnels soignants face au coronavirus. Il s’appelle André, habite la Grand-Combe (Gard). Et il a 85 ans.

André Peyrouse et son saxophone
André Peyrouse et son saxophone © Radio France - Hervé Sallafranque

Il a repris le saxo à 85 ans pour rendre hommage aux personnels soignants, comme le font chacun à leur façon de nombreux français confinés chez eux à cause de l’épidémie de coronavirus. André Peyrouse, un habitant de La Grand-Combe dans le nord du Gard, s’est remis spécialement pour l‘occasion  à jouer de cet instrument qu’il avait rangé au placard depuis une dizaine d‘années. Et tous les soirs à 20h sur sa terrasse, il donne un mini concert pour les hospitaliers.

«J’ai repris spécialement pour ça, je joue de tout. « 51 je t’aime,  la Marseillaise, des marches militaires ». J’habite sur une colline, il y a du monde qui m’entend. Je suis content de le faire pour soutenir le personnel soignant », André Peyrouse ravi de pouvoir retrouver son saxo pour apporter son soutien aux personnels soignants

Sa fille est fière de lui. Heureuse aussi pour cette passion renaissante chez son père, celle de la musique : un saxophone qu’il avait délaissé, mais qu’il retrouve pour le plus grand plaisir de sa famille et du voisinage.

« Tous ses voisins sont sortis, certains avec des casseroles, ils chantent avec lui (...) la première fois que je l’ai entendu je me suis mise à pleurer, parce qu’il avait vraiment arrêté le saxo. Il continue à semer un peu le bonheur on va dire  », sa fille Annie très fière de son papa

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu