Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus à l'hôpital de Tarbes : la routine de la crise

-
Par , France Bleu Béarn

REPORTAGE - Depuis le début de cette crise sanitaire, l'hôpital de Tarbes a dû se réinventer en quelques jours. Le personnel administratif et médical s'adapte et se met en quatre.

Le tri des patients se fait dans une tente à l'entrée du parking
Le tri des patients se fait dans une tente à l'entrée du parking © Radio France - Daniel Corsand

Ce jeudi, l'hôpital de Tarbes soigne 28 patients atteints, dont six sont actuellement en réanimation. Il reste des lits pour faire face ces jours prochains. Tout l’hôpital a été réorganisé pour passer cette crise sanitaire sans précédent. 

Un hôpital réinventé

Quand les patients arrivent sur leurs jambes, ils passent par une tente installée à l'entrée du parking. Il y a désormais deux services d’urgences : un pour les contaminés et un pour les autres. En aval des urgences, on a deux unités Covid de 46 lits en tout. Enfin le service réanimation compte désormais 20 lits. Le docteur Mélanie Mathé est la référente catastrophe à l’hôpital de Tarbes. On ne dit plus "catastrophe" aujourd'hui. On parle de "Situation Sanitaires d’Exception".  Comme tout le personnel des urgences, le Docteur Mélanie Mathé travaille énormément. Elle éprouve du stress, de la fatigue physique et nerveuse mais pas de peur. 

L'entrée de la tente de tri des malades, sur le parking de l'hôpital
L'entrée de la tente de tri des malades, sur le parking de l'hôpital © Radio France - Daniel Corsand

"Un personnel admirable"

Ce dispositif a dû se mettre en place en quelques heures. Les plannings de tous ont été changés. Certains sont passés, du jour au lendemain, de 7h30 de travail par jour à 12. Sans passer par les instances réglementaires, par manque de temps. Si cela a été possible c'est d'abord grâce au dévouement des fonctionnaires de cet hôpital. C'est le directeur Christophe Bourriat qui le dit.

"Ils font mon admiration" dit le directeur à propos du personnel

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu