Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : à Nantes, les prêtres anticipent le déconfinement du culte

-
Par , France Bleu Loire Océan

Quand les messes vont-elles pouvoir reprendre ? Et si oui, selon quelles modalités ? Alors que la France se déconfine petit à petit depuis le 11 mai, l'Eglise attend toujours le feu vert du gouvernement. A la paroisse Notre-Dame-de-Nantes, où on dénombre 2000 fidèles, le prêt est obligé d'anticiper.

Le père Loïc Le Huen dans la sacristie de la basilique Saint-Nicolas.
Le père Loïc Le Huen dans la sacristie de la basilique Saint-Nicolas. © Radio France - Pascale Boucherie

Le Conseil d'Etat a ordonné lundi au gouvernement de lever dans un délai de huit jours l'interdiction "générale et absolue" de réunion dans les lieux de culte. Mais reste à savoir avec combien de fidèles, c'est la grande inconnue. Est-ce-que ce sera un taux en fonction de la taille de l'édifice, est-ce-que ce sera un nombre maximum de personnes autorisées ? A la paroisse Notre-Dame-de-Nantes, qui compte 2.000 fidèles, on est obligé d'anticiper et d'imaginer les mesures barrières qui empêcheront la propagation du Covid-19.

Reportage à Saint-Nicolas.

La corbeille de la quête ne circulera plus

Que ce soit à la basilique Saint-Nicolas, à l'église Sainte-Croix ou à la chapelle des Franciscains de Canclaux qui sert de repli à Notre-Dame-de-Bon-Port en travaux, les fidèles s'installeront un rang sur deux, une chaise sur deux, masque obligatoire, entrée et sortie par des portes différentes, gel hydroalcoolique à disposition, quête avec une corbeille qui ne passera plus entre les rangs mais restera en un endroit fixe.  

Le père Loïc Le Huen a hâte. Depuis mi-mars il a beau avoir célébré la messe quotidiennement depuis la chapelle du presbytère avec une diffusion sur la chaîne youtube de la paroisse, ça ne vaut pas la messe d'avant dit-il : 

Ne pas voir les fidèles ça nous manque énormément.

Béatrice est une fidèle de la paroisse. Elle vient de se recueillir à Saint-Nicolas et est impatiente de retourner à l'office :

On a forcément ce désir spirituel très intense de pouvoir recevoir le corps du Christ.

Patrice est moins pressé. Fidèle de la paroisse de Derval au nord de Nantes, il assiste aussi parfois aux offices à Saint-Nicolas : 

Ma dernière messe ici c'était un dimanche à 18h, c'était plein jusqu'au dernier rang. Il ne s'agit pas de faire repartir le virus. On peut très bien aussi prier chez soi"

En attendant la reprise de la célébration des offices dans la basilique, des chants religieux restent diffusés à travers des enceintes allumées en permanence.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu