Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Coronavirus : A Paris, les festivités du Nouvel An chinois maintenues ce samedi

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Alors que les trois premiers cas de Coronavirus ont été repérés en France, dont deux à Paris, les festivités du Nouvel An chinois viennent de débuter dans la capitale. Le public tient à vivre le début de l'année du rat de métal, malgré tout.

Malgré le Coronavirus, les festivités de Nouvel An chinois sont maintenues à Paris.
Malgré le Coronavirus, les festivités de Nouvel An chinois sont maintenues à Paris. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Le public a bien l'intention de ne pas laisser le Coronavirus, gâcher les célébrations du Nouvel An chinois. A l'annonce de trois cas de contaminations en France, Bordeaux, où l'un des malades est hospitalisé, a décidé d'annuler les festivités. A Paris, par contre, elles ont bien lieu, comme ce samedi midi, au pied de la tour Eiffel. Car si le sujet est bien sûr dans les esprits, il reste hors de question de le laisser perturber la fête. 

Dans la foule, quelques-uns portent un masque de protection. "En attendant d'avoir plus d'explications sur ce qu'il se passe", explique Wendy, venue avec trois amis. "On n'est pas beaucoup informés pour l'instant. Il n'y a pas beaucoup de cas, mais bon, on est dans une capitale, avec beaucoup de monde, beaucoup de touristes." Il était inimaginable de rater le spectacle, et ce dragon, porté par de jeunes danseurs, dont le corps trace de longs cercles en l'air.  "C'est important, c'est pour cela qu'on s'est protégés. Ma copine est d'origine asiatique, on ne pouvait louper cette occasion."

Des précautions mais pas d'inquiétudes

Comme ce petit groupe, Valérie elle aussi a tenu à se rendre aux célébrations. Une visite en famille, avec sa fille et sa mère, qu'elle a invité à porter, elle aussi, un masque. "Il faut tout de même être là, car c'est une fête qui célèbre quelque chose d'important dans la culture et dans l'interculturel. Je n'ai pas envie d'avoir peur non plus." Parmi le public, de nombreux touristes. Wu par exemple, est originaire de Shanghai. "C'est éloigné de Wuhan comme Berlin de Paris", s'amuse ce voyageur, qui a posé pied à Paris ce vendredi. 

"C'est terrible", dit-il en apprenant  le recensement de trois cas en France. Mais il se veut confiant. "Je ne suis pas inquiet, parce que je pense qu'à la fois la Chine et la France nous avons les bonnes conditions pour contrôler et traiter ce virus." D'ailleurs, il ne compte rien changer à ses projets de visite. "Les autorités sont bien mieux préparées que lors de l'épidémie du SRAS, en 2003." Une épidémie qui avait fait plusieurs centaines de morts dans le monde. 

Un autre passant, Joris, venu admirer la Tour Eiffel accompagné de sa nièce, abonde. "Cela nous effraie pas plus que ça. On en parle beaucoup car il faut faire attention, mais on fait confiance." Pour lui aussi, le programme restera donc identique : "sinon on ne fait plus rien" conclue-t-il en souriant. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu