Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : à quatre jours de la réouverture des écoles, l'Elysée compte tenir son calendrier

-
Par , France Bleu

Alors qu'un 58e Conseil de défense sanitaire se tient ce mercredi à l'Elysée, Emmanuel Macron compte respecter le calendrier qu'il a présenté avec la réouverture des écoles lundi 26 avril, et celle des terrasses et certains lieux de culture à la mi-mai.

Emmanuel Macron préside un nouveau Conseil de défense sanitaire ce mercredi
Emmanuel Macron préside un nouveau Conseil de défense sanitaire ce mercredi © AFP - Lewis Joly

Alors que les écoles maternelles et primaires doivent rouvrir le 26 avril, dans quatre jours, l'exécutif tient ce mercredi matin son 58e Conseil de défense sanitaire pour combattre l'épidémie de coronavirus. Même s'il faut attendre encore quelques jours pour savoir si une tendance baissière est vraiment enclenchée, il n'y a aucune raison, à l'instant T, pour que le calendrier ne soit pas tenu martèle l'Elysée, selon les informations de franceinfo. 

Emmanuel Macron avait annoncé une réouverture des écoles lundi prochain, et celle des collèges et lycées le 3 mai. A la mi-mai, selon la promesse formulée le 31 mars par le chef de l'Etat, le moment sera venu de rouvrir les terrasses et certains lieux de culture. A partir de maintenant, le président de la République entend donc dérouler son calendrier et réfléchit au moment opportun pour s'adresser aux Français. Les quatre semaines de mesures de freinage imposées dans tout l'Hexagone arrivent à terme mercredi prochain. 

Selon une source gouvernementale, l'allègement des restrictions de circulation dès le début du mois de mai est ouvertement évoqué en réunion. Les commerces, les terrasses des restaurants et des cafés, les musées commenceront à rouvrir entre le 10 et le 20 mai. Des réouvertures peut-être à plusieurs vitesses, selon les régions, en fonction de la dynamique de l'épidémie. Le président n'a pas encore tranché. L'autre question étant de savoir s'il faut ou non enjamber le long week-end de l'Ascension. 

L'allègement des restrictions sera de toute façon progressif, échelonné, rappelle un conseiller, au moins jusqu'à la mi-juin, quand tous les Français qui le souhaitent pourront en théorie avoir accès au vaccin. 

L'état d'urgence repoussé jusqu'au 31 octobre

Selon les informations de France Inter, le gouvernement doit présenter un projet de loi relatif à la gestion de la sortie de crise sanitaire et qui prolongera l'état d'urgence jusqu'au 31 octobre. C'est ce cadre législatif exceptionnel qui permet au gouvernement de s'arroger la quasi-totalité des pouvoirs afin de prendre certaines mesures privatives de liberté comme le confinement ou le couvre-feu, sans passer par le Parlement. L'état d'urgence devait être levé le 1er juin et était déjà en vigueur du 23 mars au 10 juillet 2020, puis à nouveau depuis le 17 octobre jusqu'à aujourd'hui. 

Le nouveau projet de loi prévoit officiellement un phase de transition du 2 juin au 31 octobre et permettra au Premier ministre, par un simple décret, "réglementer ou, dans certains parties du territoire dans lesquelles est constatée une circulation active du virus, interdire la circulation des personnes et des véhicules, ainsi que l'accès aux moyens de transport collectif", "réglementer l'ouverture public (...) d'une ou de plusieurs catégories d'établissements recevant du public". En clair, l'interdiction des déplacements et des rassemblements, fermeture des bars, restaurants, théâtres, cinémas, etc. Un quasi copier-coller des mesures déjà prévues par la loi du 9 juillet, qui organisait la première sortie de l'état d'urgence. Seule différence, l'exécutif ne pourra plus décider d'un confinement généralisé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess