Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : à quel protocole sanitaire les joueurs de Ligue 1 vont-ils être soumis ?

-
Par , France Bleu

La Ligue 1 reprend ce 21 août après cinq mois d'arrêt qui n'ont pas évacué la menace du coronavirus. Pour protéger les joueurs et assurer la tenue des matchs, la Ligue de football professionnel a défini un protocole sanitaire strict.

Les ballons seront désinfectés tout au long du match.
Les ballons seront désinfectés tout au long du match. © AFP - PABLO PORCIUNCULA

Alors que la Ligue 1 reprend ses droits ce vendredi 20 août, l'incertitude plane encore sur la bonne tenue de la saison, en raison de la persistance de la pandémie de coronavirus. La Ligue de football professionnel (LFP), contrainte de reporter le premier match qui devait opposer l'OM à Saint-Etienne en raison de contaminations au sein de l'équipe marseillaise, a défini un protocole sanitaire pour tenter de protéger les joueurs et de maintenir au maximum la tenue des matchs. En quoi consistent ces règles ?

Tests obligatoires, mises à l'isolement et reports de matchs

Un programme de tests "rigoureux" est imposé : chaque joueur doit se plier à un test PCR entre 72 heures et 48 heures avant chaque rencontre. Tout test positif consécutif au développement de symptômes imposera une mise à l'isolement du joueur par rapport au groupe pendant 14 jours à compter du premier jour d'apparition des symptômes. Et à partir de quatre joueurs ou encadrants isolés sur une période de huit jours, le virus sera jugé "circulant" dans le club, ce qui imposera l'organisation d'entraînements par petits groupes uniquement pendant sept jours et la saisine d'une "commission Covid" chargée de se prononcer sur les reports éventuels de matches.  

À noter que tous les arbitres de terrain se plieront également à un test deux à trois jours avant chaque match.

Masque obligatoire, sauf sur le terrain

Ce sera la norme partout, ou quasiment. Dans tous les stades, et "à tout moment", le masque sera obligatoire à partir de 11 ans, et même dans les vestaires. Les joueurs en seront dispensés pendant l'échauffement, mais une fois le coup d'envoi donné, les remplaçants devront de nouveau se masquer. Seuls les 22 joueurs, trois arbitres (central et de touche) et l'entraîneur principal de chaque équipe pourront s'en passer pendant les 90 minutes de la rencontre.

Distanciation physique, même dans les douches

La distanciation physique sera de mise jusqu'aux "conversations privées", les entrevues indispensables devant être "brèves" et "en cercle restreint". Même les douches d'après-match devront respecter la distanciation physique, ou à défaut, être prises à l'hôtel ou au domicile du joueur. Les tables de massages, elles aussi, devront être suffisamment espacées, tout comme le staff sur le banc de touche, où seul un siège sur trois sera occupé. Les remplaçants iront eux en tribune.

Les ballons désinfectés

Un "plan de nettoyage, désinfection et aération des différents espaces du stade" est en place, avec pour but de désinfecter régulièrement toutes les zones de contact. Du gel hydroalcoolique devra être à disposition de tous les intervenants et du public. Même les ballons seront régulièrement désinfectés pendant les rencontres, par des ramasseurs de balle masqués et gantés.

Passer le moins de temps possible dans le vestiaire

Pour limiter la durée de passage aux vestiaires, les équipes ne devront pas arriver au stade plus de deux heures avant le coup d'envoi. Elles devront d'ailleurs y venir en bus ou en van, voire dans des voitures personnelles pour les équipes à domicile. Les vestiaires supplémentaires seront exploités au maximum de manière à répartir leur utilisation, en échelonnant leur utilisation, par exemple, entre les titulaires et les remplaçants. 

Par ailleurs, il est demandé aux clubs de favoriser la vente dématérialisée de billets (dans la limite gouvernementale de 5.000 personnes, personnels compris, sauf dérogation du préfet), ou, en cas de vente au guichet, d'en condamner un sur deux. L'entrée des spectateurs au stade devra être répartie dans l'espace et dans le temps.

Plus de poignées de mains, plus de mascotte

Exit le traditionnel protocole d'avant-match : la présence d'enfants accompagnant les joueurs à leur entrée sur la pelouse est supprimée, tout comme les traditionnelles photos d'équipe. Les serrages de mains sont par ailleurs interdits, ainsi que les coups d'envoi fictifs ou la présence d'une mascotte sur l'aire de jeu. Dans le tunnel situé entre les vestiaires et la pelouse, il ne faudra pas stationner trop longtemps et les entrées des équipes seront séquencées dans le temps.

Moins d'interviews

Un nombre restreint de journalistes et photographes pourra s'accréditer aux matches. Aucune interview TV ne sera possible avant les rencontres, tandis qu'à la mi-temps et en fin de match, celles-ci auront lieu via l'utilisation d'un micro-perche pour rester à distance. Les zones mixtes sont supprimées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess