Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : cible de messages racistes, un site d'enseignement du mandarin porte plainte

-
Par , France Bleu Hérault

Depuis le début de la crise du coronavirus, un site internet montpelliérain d'enseignement du mandarin reçoit de nombreux messages racistes et insultants à l'encontre de la communauté chinoise. Ses créateurs ont décidé de porter plainte.

Depuis deux mois, des dizaines de messages et commentaires racistes ont été envoyés sur la page facebook de l'association
Depuis deux mois, des dizaines de messages et commentaires racistes ont été envoyés sur la page facebook de l'association - Capture d'écran de la page facebook @lespetitsmandarins

Les actes et propos racistes à l'encontre des personnes d'origine asiatique se sont multipliés depuis le début de la crise du coronavirus Covid-19. Dernier exemple en date, à Montpellier, où un site d'enseignement du mandarin est victime de messages et commentaires haineux depuis deux mois. "Avant c'était vraiment très très occasionnel, si on en avait un tous les six mois, c'était le maximum. Là, tous les jours il y en a quatre ou cinq", regrette Vigdis Herrera, la créatrice du site. 

Dans un premier temps, elle ne souhaitait pas porter plainte. Chaque message insultant était remonté à la plateforme de signalement de Facebook, mais le site estimait ces messages conformes à ses standards et les commentaires n'étaient pas supprimés. Les messages ont ensuite été signalés à la plateforme en ligne du gouvernement français. "Nous recevions plus de messages de haine que nous ne pouvions en signaler", explique-t-elle. "Ça m'inspire de la peur. Je suis maman de deux enfants, et je n'ai pas envie que les enfants que j'ai éduqués aient à grandir dans un monde où on considère qu'il est normal de porter atteinte à l'intégrité d'une personne sous prétexte de ses origines"

N'étant pas elle-même d'origine asiatique, Vigdis Herrera ne pouvait porter plainte en son nom pour discrimination. L'association SOS Racisme l'a orientée vers un signalement auprès du Procureur de Paris. "Je souhaite qu'elle soit reçue et que les personnes qui déversent leur haine sous couvert de l'anonymat d'internet aient à répondre de leurs actes", indique-t-elle sur sa page Facebook. Elle a déposé en parallèle une autre plainte pour "entrave à l'exercice d'une activité économique".

Témoignage de Vigdis Herrera

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu