Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : attention aux arnaques

-
Par , France Bleu Auxerre, France Bleu Bourgogne

Démarchages abusifs, faux policiers, produits miracles ou attestations de déplacement payantes... Les escrocs profitent de la peur du coronavirus. Dans l'Yonne comme ailleurs, les personnes âgées sont les premières cibles.

La DGCCRF appelle à la plus grande vigilance face aux nombreuses arnaques sur Internet.
La DGCCRF appelle à la plus grande vigilance face aux nombreuses arnaques sur Internet. © Radio France - Thierry Boulant

Depuis l’apparition des premiers cas de Coronavirus, les forces de l'ordre et les organes de la répression des fraudes constatent que les arnaques ou tentatives d'escroqueries se multiplient dans toute la France. 

Des faux policiers et gendarmes

Dans plusieurs secteurs, notamment à Dijon en Côte d'Or, on signale des arnaques aux "faux policiers" menant des opérations fictives de contrôle des attestations de déplacements et dressant des contraventions. "Nous n'avons pas été avisés de tels agissements dans l'Yonne", explique Raphaël Juge, le commissaire divisionnaire, directeur départemental de la sécurité publique, "Mais en cas de doute, sachez que tout policier, en uniforme ou en civil, doit travailler en étant porteur, de manière apparente, d'un numéro à 7 chiffres qui permet de l'identifier. Par ailleurs, il faut savoir que les avis de contravention sont toujours envoyés au domicile des contrevenants. Donc en aucune manière un policier n'est fondé à réclamer de l'argent sur le lieu même du contrôle", ajoute le policier. Pour se renseigner, en cas de doute, on peut composer le 17 ou envoyer un signalement sur la plateforme de l'IGPN, l'inspection générale de la police nationale.

Arnaque téléphonique dans l'Auxerrois

Dans l'Yonne, les forces de l'ordre ont été sollicitées plusieurs fois ces derniers jours dans l'Auxerrois pour une arnaque téléphonique en lien avec le Covid-19. On appelle des gens en se faisant passer pour la police et en leur faisant croire que leurs coordonnées bancaires ont été piratées, par un individu qui se trouve en garde à vue, mais qu'à cause du confinement, les agents doivent prendre la plainte par téléphone. "C'est à ce moment-là qu'on leur demande leurs coordonnées bancaires : numéro de carte bancaire et code de sécurité. Or il faut le répéter : jamais des policiers ne vous demanderont des informations de cette nature ! Et encore moins par téléphone", martèle le commissaire.

Gare aux produits miracles

Dans l'Yonne comme ailleurs, des sociétés ou des individus malveillants cherchent à tirer profit de la situation. Souvent, ça se passe sur Internet. Et souvent, ce sont les personnes âgées qui sont les plus vulnérables.

Parfois, les escrocs n'hésitent pas à nous faire croire au Père Noël, avec des offres « miracles » pour des objets censés combattre le virus, voire carrément guérir la maladie : purificateur d’air, lampes, compléments alimentaires ou huiles essentielles… les offres sont nombreuses. Mais les agents de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes sont formels : "Toute présentation de produits (alimentaires ou non) affirmant protéger ou guérir du Coronavirus relève de la pratique commerciale trompeuse", peut-on lire sur le site de la DGCCRF.

Dépistages et décontaminations

Les services de l'Etat appellent aussi à la plus grande prudence en ce qui concerne les offres de dépistages du Coronavirus. On rappelle qu'il n’existe pas à ce jour de kits disponibles pour les particuliers. Seules les autorités sanitaires sont à même de pratiquer des tests. Toute offre qui vous propose des dépistages, même si elle semble émaner des services de l’Etat, est donc une arnaque. Certains démarcheurs proposent également de décontaminer les logements. Ils appellent pour prendre rendez-vous, ou se déplacent. Ils affirment que cette décontamination serait obligatoire. C’est faux. C’est une ruse pour s’introduire chez vous.

Médicaments et masques

Attention aussi à ceux qui vous promettent des masques ou du gel hydro-alcoolique introuvables, livrés chez vous, en un temps record, c'est louche. La même vigilance est de mise face à des offres de médicaments destinés à combattre d’autres maladies comme le paludisme ou le VIH. Acheter ces produits en ligne, en dehors d’une prescription médicale est non seulement illégal mais aussi dangereux pour la santé. Même chose pour le paracétamol, dont la vente en ligne est suspendue.

Toutes sortes d'arnaques fleurissent sur Internet
Toutes sortes d'arnaques fleurissent sur Internet © Radio France -

Attestations de déplacement : ne jamais payer !

D’autres arnaques portent sur les attestations de déplacement. Ne vous laissez pas séduire par des sites qui veulent vous faire payer ces documents. Au mieux, c’est une arnaque pour monnayer un service gratuit. Au pire, c'est une manière de vous soutirer des données personnelles particulièrement sensibles. On rappelle que les attestations sont à télécharger en ligne et à remplir à la main.

Prudence avec les collectes de fonds et les cagnottes en ligne

Attention aussi aux dons, cagnottes et autres collectes pour aider les hôpitaux, des commerçants, des associations caritatives ou des refuges pour animaux par exemple. Certains individus profitent de l'élan de solidarité. Dernièrement, une cagnotte a par exemple été mise en place sur internet pour l’hôpital d’Auxerre. La direction de l’établissement a fait savoir qu'elle n’était pas au courant de cette initiative et n'avait pas été contactée par les instigateurs de la collecte. Avant de donner, il est donc indispensable de vérifier l’identité des destinataires.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu