Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus au Pays basque : l'accès aux plages interdit jusqu'au 1er juin au moins

-
Par , , France Bleu Pays Basque

Le Premier ministre Edouard Philippe l'a annoncé dans son plan de déconfinement ce mardi : les plages resteront inaccessibles jusqu'au 1er juin au moins.

La Grande plage à Biarritz ce dimanche.
La Grande plage à Biarritz ce dimanche. © Radio France - Paul Nicolaï

Les habitants de la côte basque qui ont de la chance de vivre à deux pas de l'océan vont devoir encore prendre leur mal en patience. L'accès aux plages reste interdit.

En effet, dans son plan de déconfinement présenté ce mardi devant les députés, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé que les plages, fermées depuis le début du confinement, resteront "inaccessibles au public au moins jusqu'au 1er juin".

Le Premier ministre a également indiqué que les parcs et jardins "ne pourront ouvrir que dans les départements où le virus ne circule pas de façon active".

Les surfeurs très frustrés

"Forcément, c'est une déception", réagit Guillaume Barucq, médécin, surfeur et candidat à la mairie de Biarritz. "Je plaidais pour une réouverture des plages contrôlée et anticipée avant la saison, parce que c'est plus simple d'ouvrir les plages avant qu'il y ait du monde, que d'attendre début juin où l'on risque d'avoir des pics de chaleur et de fréquentation." ..."On connaît la situation actuelle notamment dans le Sud Ouest, où la situation épidémiologique est favorable, où les villes de la côte étaient prêtes à mettre en place un dispositif, on aurait pu rouvrir l'océan le 11 mai". ... "Le message est un peu ambivalent et comporte un risque parce que les personnes vont maintenant se rassembler dans les espaces qui seront ouverts, parce qu'elles ne pourront pas aller sur la plage."

Guillaume Barucq : "Ce sont des déclarations qui sont incohérentes"

Guillaume Barucq, photo archive 2017
Guillaume Barucq, photo archive 2017 - Andde Irosbehere

Iban Ithurbide, qui dirige l'école de surf Uhaina à Anglet, espérait lui aussi une ouverture le 11 mai : "En tant que surfeur, on a du mal à comprendre cette interdiction. Quand on va surfer, on surfe et après on rentre chez nous. On a du mal à comprendre en voyant les rues avec des gens qui courent."..."Sachant qu'ici la région n'est pas trop touchée, on aurait pu faire un test, voir si les surfeurs se comportaient correctement et ouvrir les plages."

Iban Ithurbide : "On a du mal à comprendre"

Iban Ithurbide: "Frustrazio haundi bat badugu, zaila da guretako"

Vers une réglementation très encadrée

Au Pays basque, les élus des communes du littoral, qui se réunissaient justement ce mardi en visioconférence avec le sous-préfet, prennent acte de cette décision. Ils réfléchissent à mettre en place, lorsque les plages seront à nouveau accessibles, une réglementation commune sur toute la côte basque, pour éviter des afflux trop importants. Il faudra sûrement imposer des règles de distanciation, et mettre en place tout un protocole sanitaire dans la surveillance et les secours à la personne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess