Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : avec la poursuite du télétravail, attention aux conséquences psychologiques

-
Par , France Bleu

Après le 11 mai, le Premier ministre souhaite que le télétravail se poursuive lorsque c’est possible. Une décision qui n’est pas sans conséquence pour les salariés et les entreprises qui vont devoir se réorganiser. Et il faudra faire attention aux dérives selon des experts en risques psychosociaux.

Avec la poursuite du télétravail, il faudra faire attention aux dérives préviennent des experts dans les risques psycho-sociaux.
Avec la poursuite du télétravail, il faudra faire attention aux dérives préviennent des experts dans les risques psycho-sociaux. © Maxppp - Aurélie Andureau

Eprouvée par le confinement, la perspective d'un déconfinement lent et les incertitudes économiques, la santé psychologique des salariés est en péril et les entreprises doivent y être particulièrement vigilantes, avertissent des experts.

"Même si pour certains, le télétravail est une aubaine, pour d’autres, cette perspective de prolonger ce mode de travail n’est pas très réjouissante et peut même générer de la frustration" indique Eric Goata. Il est Directeur général délégué d’Eléas, un cabinet conseil indépendant, spécialiste du management de la qualité de vie au travail et de la prévention des risques psychosociaux.

Pour lui, il y a aujourd’hui beaucoup d’anxiété, de problèmes d’isolement, affectif, social. 

"Tous les indicateurs se dégradent, le taux de salariés en détresse psychologique augmente ", s'alarment Christophe Nguyen et Jean-Pierre Brun, co-fondateurs d’Empreinte Humaine, un cabinet indépendant spécialisé dans la promotion de la Qualité de Vie au Travail et la prévention des Risques Psychosociaux. 

Le déconfinement, nouvelle source de stress et d'angoisse

En cause, les conditions actuelles du télétravail, pratiqué par 3,9 millions de personnes qui "voient leur charge mentale et les difficultés de conciliation avec la vie familiale renforcées par la crise", selon France Stratégie. Mais aussi le recours inédit au chômage partiel, subi par 11,3 millions de personnes.

"Cette situation va s'aggraver avec le déconfinement, nouvelle source de stress et d'angoisse", d'autant que "l'incertitude face à l'emploi est de plus en plus présente", insiste Jean-Pierre Brun.

Il va falloir être attentif aux salariés

"À partir de toutes les données obtenues lors de nos enquêtes mais aussi des remontées des entreprises, on sait qu’il y a des attentes très fortes liées à l’emploi, aux transformations des pratiques sociales et professionnelles. Cela va nécessiter pour les entreprises, les organisations du travail, d’avoir une posture adéquate" explique Eric Goata, le Directeur général délégué d’Eléas. "Il faudra que le manager soit en capacité de calmer les anxiétés qui ont émergé" explique cet expert de la prévention des risques psychosociaux.

Selon lui, "il faut très vite que le manager ait conscience des effets psychologiques du confinement sur le salarié. Comment il l’a vécu ? Y a-t-il des événements personnels qui l’ont affecté ? Il faut faire attention parce que le salarié peut être au bord de l’épuisement". 

Eric Goata insiste aussi sur le fait qu’il va falloir rassurer le salarié et répondre aux inquiétudes sur la charge de travail. "J’ai par exemple entendu qu’il fallait "rattraper" le retard, c’est un discours qui va être compliqué à entendre. Au contraire, il va falloir aider les personnes à se projeter d’une manière sereine face à un contexte économique et sanitaire qui est très déstabilisant"

Attention aux dérives

De son côté, Aude d'Argenlieu, directrice générale de l'Institut d'accompagnement psychologique et de ressources (IAPR), constate "un accroissement de 40% sur les dispositifs d'écoute" avec des psychologues dédiés aux salariés des entreprises clientes de l'institut.

"Il existe un risque de contagion des risques psycho-sociaux assez insidieux", prévient-elle, appelant les entreprises à prendre le problème à bras le corps sans tarder, notamment en impliquant l'encadrement et en mettant en place un baromètre sur le ressenti de leur personnel. 

La crise sanitaire va "peut-être obliger certaines entreprises à revoir leurs politiques de prévention des risques psychosociaux", espère Aude d’Argenlieu.

Un point de vue que partage aussi Eric Goata. L’expert en risques psychosociaux estime qu’il va falloir reformer les managers à certains fondamentaux liés au management à distance. 

Il alerte aussi sur les risques de dérives du travail à distance. "En télétravail, les salariés sont dans une logique de surinvestissement. A cela s’ajoute le déséquilibre entre vie professionnelle et vie privée. C’est difficile de tenir sur la durée dans ces conditions, et que devient le droit à la déconnexion ?"

Il faudra aussi surveiller l’état psychologique des salariés lorsqu’ils reviendront dans l’entreprise. Les rapports entre collègues et la vie sociale seront bouleversés. "Il faudra resynchroniser tout cela sur la base des nouvelles pratiques" prévient Eric Goata."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess