Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : "Un tsunami pour le secteur du cinéma" selon Karim Ghiyati, directeur d'Occitanie Films

La crise sanitaire que nous vivons depuis plus de deux mois a et aura des conséquences importantes pour le secteur du cinéma. Pour les salles de cinéma mais aussi pour les tournages. Comment le monde du cinéma va s'adapter ? Karim Ghiyati, directeur d'Occitanie Films répond à France Bleu.

le coronavirus a eu des conséquences catastrophiques pour le secteur du cinéma en région Occitanie
le coronavirus a eu des conséquences catastrophiques pour le secteur du cinéma en région Occitanie - David Sepeau

Karim Ghiyati, directeur d'Occitanie Films, l'agence qui favorise le développement du cinéma en région, revient sur les conséquences de la crise du coronavirus pour le secteur du cinéma et sur les perspectives.

Le président a annoncé plusieurs mesures, mercredi pour aider le monde de la culture, à l'arrêt depuis deux mois(un fonds d'indemnisation pour les séries et tournages de cinéma, les droits des intermittents prolongés, les compagnies vont également pouvoir réinvestir leurs salles). C'est à la hauteur de ce que vous attendiez ?

Clairement, le fait de reporter effectivement la date anniversaire des intermittents est un soulagement il me semble. C'est ce qui avait été demandé par la société civile, par les syndicats. Mais il faut attendre. Il faut être un peu prudent. Il faut attendre les précisions pour connaître les modalités de mise en place. Mais c'est clairement un soulagement, oui.

On vous a invités pour prendre conscience de l'impact de cette crise sur le milieu de la culture. Qu'est-ce qu'on peut dire sur les cinémas, notamment dans la région ? 

Bien sûr que pour le cinéma, ça a été un tsunami. C'était un fait, un bilan catastrophique. Ce sont 20 tournages qui se sont arrêtés du jour au lendemain, plus des fictions, des documentaires, de l'animation, ce sont 220 salles de cinéma qui ont fermé quasiment du jour au lendemain. Les festivals Ciné Latino à Toulouse, à Alès, à Prades, le prochain festival de Foix, Résistances aussi. Donc, c'est très dur, très violent. 

Et puis, l'impact économique va être important et l'impact artistique aussi. En ce moment, un questionnaire a été envoyé à toutes les structures mises en place par la région pour connaître cet impact, pour essayer de le qualifier, de le quantifier.  

Sur les cinémas, on saura à la fin du mois s'ils peuvent rouvrir. Est-ce qu'on sait à quoi ressemblera une séance cinéma dans les prochains mois ? Qu'est-ce qui a été anticipé ?  

Alors là, ce sont effectivement des réflexions qui sont menées aujourd'hui avec les structures directement concernées. Ce sont des regroupements de salles ici en région qui essayent d'anticiper et d'imaginer avec le réseau national. Concrètement, et c'est vrai aussi pour les tournages, comment mettre en place ces mesures sanitaires pour que des projections puissent continuer à se faire ? Ça va être à la fois cette distance entre les spectateurs, ça va être des mesures d'hygiène en permanence à l'entrée et à la sortie, le fait de désinfecter les salles. 

On peut imaginer de développer les projections en plein air, la formation en  ligne. Tout cela se discute en ce moment, nous sommes en contact avec toutes les structures, c'est à dire les salles, mais aussi toutes les autres associations et structures qui représentent les différents métiers et secteurs du cinéma. Tous réfléchissent à cette adaptation indispensable pour survivre à cette crise sanitaire très violente.

Beaucoup de personnes aussi sont touchées directement, des proches, donc on a conscience qu'il faut vraiment s'adapter à toutes ces contraintes qu'on subit et qu'on découvre au fil du temps.  

Vous avez parlé des tournages qui sont arrêtés depuis des semaines. Il y en a beaucoup qui étaient présents en Occitanie ?

Oui, là, ce sont des long métrages et des séries. Des films qui étaient tournés à Toulouse, de films qui étaient prévus dans l'Hérault, dans différents endroits de la région. Donc, c'est une vingtaine de tournages qui vont reprendre dès que cela sera possible. Aujourd'hui, aucune date n'est annoncée. On ne sait pas du tout quand les tournages vont reprendre. Mais il y a plein d'anticipation et de réflexion pour essayer de voir comment un tournage peut s'adapter avec toutes les mesures sanitaires qui seront imposées par la production et par les assurances. 

Ce qui va être aussi une réflexion, c'est de savoir concrètement comment et quand ils vont pouvoir reprendre pour que ces fictions voient le jour. Mais aujourd'hui, du fait que les salles de cinéma sont fermées, ça bloque toute la chaîne. Parce que pour que des films puissent être montrés, il faut en amont qu'ils se tournent. Il faut qu'ils soient distribués et donc il faut réussir à ce que les salles rouvrent pour que les films qui sont déjà prévus puissent être montrés au public. Et en Occitanie, ce sont 17 millions d'entrées

Les mesures sanitaires donnent lieu à des documents de plusieurs dizaines de pages de réflexion et d'anticipation de ces mesures.  Des contraintes très fortes sont à l'étude comme la présence d'un médecin sur les tournages, un confinement d'une équipe, les désinfections en permanence.

Je voulais juste signaler que le documentaire formidable À bout de souffle est un documentaire qui a été tourné à la clinique de Muret en Haute-Garonne et qui nous montre concrètement comment le personnel soignant découvre aussi la maladie. C'est un film réalisé par Patrick Foch, visible sur le site de France 3 Occitanie. Le cinéma témoigne de ce qui se passe aujourd'hui. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu