Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : ce qu'il faut attendre de l'allocution d'Emmanuel Macron ce mardi

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le chef de l'Etat va s'exprimer ce mardi soir à 20h pour dévoiler les grandes lignes d'un confinement qui s'annonce allégé. Emmanuel Macron devrait également fixer "un cap" et évoquer la stratégie vaccinale de la France.

Emmanuel Macron s'adressera aux Français ce mardi à 20h.
Emmanuel Macron s'adressera aux Français ce mardi à 20h. © AFP - LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

Alors que la situation sanitaire liée à l'épidémie de coronavirus semble s'améliorer, Emmanuel Macron va s'adresser aux Français ce mardi soir à 20h. Le chef de l'Etat dévoilera les grandes lignes d'un confinement qui s'annonce allégé, fixera "un cap" et devrait également présenter la stratégie du gouvernement pour vacciner contre le coronavirus.

Un nouveau Conseil de défense aura lieu dans la matinée ce mardi pour statuer sur les dernières interrogations.

Apporter de la "clarté"

Dans un entretien au Journal du dimanche, Emmanuel Macron a expliqué vouloir apporter "de la clarté" et "un cap, savoir ensemble où nous allons et comment y aller", mais pas question de lever toutes les restrictions. 

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a lui rappelé que "le niveau de circulation du virus dans le pays est le même qu'au moment du couvre feu". Selon lui, "il n'est pas question de déconfiner". Ce dimanche, Santé Publique France indiquait encore près de 4.500 patients en réanimation et 215 décès en une journée à l'hôpital. Des indicateurs en baisse depuis plusieurs jours, tout comme le nombre de nouveaux cas quotidiens.

Un "déconfinement" en trois étapes

Dimanche, le porte-parole du gouvernement indiquait que les "assouplissements" au confinement se feraient "en trois étapes au regard de l'évolution sanitaire et des risques liés à certaines activités". D'abord autour du 1er décembre, puis autour du 18 décembre (date théorique des premiers départs en vacances), et enfin à partir de janvier 2021. 

Selon Emmanuel Macron, "rien n'est pire que l'incertitude et l'impression d'une morosité sans fin".

Les attestations toujours en vigueur

Interrogé sur le sujet mardi dernier, le ministre de la Santé Olivier Véran a expliqué que les attestations de déplacement ne disparaîtraient pas au 1er décembre. Mais devra-t-on toujours respecter les limites d'une heure et d'un kilomètre pour la promenade ? Un assouplissement est au menu du Conseil de défense sanitaire ce mardi. La piste qui est évoquée est celle d'élargir le périmètre à cinq voire dix kilomètres autour du domicile.

Pourra-t-on fêter Noël en famille ?

C'est une décision très attendue par de nombreux Français. Le nombre de convives autour de la table à Noël sera-t-il limité ? Y aura-t-il un couvre-feu ? Beaucoup de questions restent en suspens. Emmanuel Macron devrait expliquer les consignes gouvernementales pour les retrouvailles en famille pour les fêtes de fin d'année.

"Les réunions de famille où on va avoir toutes les générations, ça me paraît encore être une situation risquée pour ce Noël. Je serais prudente par rapport à ça", a souligné sur France Inter l'épidémiologiste Dominique Costagliola, directrice de recherches à l'Inserm. Selon elle, "on a encore un virus qui circule à des taux relativement élevés".

Réouverture des petits commerces

Alors que la pression hospitalière commence légèrement à reculer, Emmanuel Macron doit aussi confirmer la réouverture des commerces dits non-essentiels "autour du premier décembre", comme les librairies, les magasins de vêtements ou les coiffeurs. Le gouvernement regarde également "favorablement" la demande de plusieurs fédérations d'ouverture des commerces les dimanches de décembre.

Mais un protocole sanitaire strict devra être mis en place. Selon franceinfo, ils vont notamment devoir diviser par deux le nombre de personnes présentes en magasin. La jauge sera d'une personne pour huit mètres carrés de surface contre quatre mètres carrés avant le reconfinement, y compris dans les hypermarchés. Ce qui pourrait provoquer de longues files d'attentes devant les magasins, à l'approche de Noël. 

Rideaux toujours baissés pour les bars et restaurants, le télétravail reste préconisé

En revanche, les bars, cafés et restaurants "continueront à connaître des restrictions", a confirmé Gabriel Attal dimanche. Le ministère de l'Economie a évoqué la date du 15 janvier pour la reprise de leurs activités, mais rien n'est encore tranché. Selon franceinfo, il n'y aura pas de changement non plus concernant le télétravail.

Qu'en est-il des cinémas et théâtres, eux aussi fermés en raison du reconfinement ? Ils espèrent retrouver leur public au plus vite mais les séances du soir pourraient ne pas se tenir si un couvre-feu est imposé. Idem si la jauge concernant le nombre de personnes présentes est trop stricte : beaucoup de cinémas ou théâtres risqueraient de ne pas rouvrir, puisque ce ne serait pas viable économiquement. C'est plus simple pour les musées, car ce qui est sur la table, c'est le protocole appliqué dans la grande distribution.

Emmanuel Macron devrait éclaircir ce point ce mardi soir.

Reprise envisagée des cérémonies religieuses

A la suite d'une réunion avec les représentants des cultes il y a une semaine, Matignon a annoncé que les cérémonies religieuses avec public pourraient reprendre "autour du 1er décembre" prochain, si la situation épidémiologique le permet. 

Là encore, un protocole sanitaire strict devra être respecté. Selon franceinfo, cette réouverture des lieux de culte se fera sans doute selon la même jauge que pour les enterrements : 30 personnes maximum. Ces deux dernières semaines, des rassemblements de catholiques ont eu lieu dans plusieurs villes de France, notamment Bordeaux, au Mans ou encore à Pau dimanche, pour protester contre l'interdiction des messes.

Les clubs de sport ouverts aux enfants ?

Concernant le sport, Emmanuel Macron a annoncé mardi dernier sa volonté que les mineurs puissent reprendre le sport en club dès le mois de décembre, suite à une réunion avec les acteurs du monde sportif. 

L'Elysée a également indiqué que le retour des spectateurs dans les stades n'interviendrait pas avant le début de l'année 2021. Une jauge devra être respectée, en lien avec la capacité des stades ou des salles.

Décision prochaine pour les stations de ski

Pourra-t-on dévaler les pistes pendant les fêtes ? La décision d'ouvrir les stations de ski sera prise "dans les 10 prochains jours", a indiqué ce lundi Matignon, à la suite d'une réunion avec les acteurs du secteur.

La Haute-Savoie et la Savoie présentent les taux d'incidence du Covid-19 les plus élevés de France, les autorités redoutent l'afflux de touristes et les accidents sur les pistes qui viendraient charger un peu plus des hôpitaux déjà saturés.

Quelle stratégie vaccinale contre le coronavirus ? 

Ce mardi soir, Emmanuel Macron va également dévoiler les grandes lignes d'une stratégie de vaccination de la population française. Ce lundi, après Pfizer/BioNTech et Moderna, un troisième vaccin a été annoncé comme "efficace" à 70% en moyenne, par le laboratoire britannique AstraZeneca.

Il s'agit d'un nouveau test pour le gouvernement, d'autant que les sondages montrent une population sceptique sur l'intérêt de se faire vacciner. "Oui, il y a une crainte de revivre ce qu'on a vécu sur les masques et les tests. C'est sûr qu'on va être sous pression 'plus, plus', parce que les Allemands vont le faire avant nous, etc.", a confié un membre du gouvernement à l'AFP.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a évoqué la semaine dernière un lancement de la vaccination "au début de l'année prochaine (...) si le vaccin est efficace et sûr". Dans cette optique, le gouvernement a budgété 1,5 milliard d'euros pour 2021, a précisé Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement.

Parmi les autres défis pour éviter une troisième vague, le gouvernement doit aussi adopter une meilleure stratégie de dépistage de la population, après l'échec du "tester, tracer, isoler" à la sortie du premier confinement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess