Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : comment la chaîne de contamination a pu être brisée à Carmaux

-
Par , France Bleu Occitanie

174 tests menés après la découverte de trois cas préoccupants. En quelques jours, l’ARS du Tarn a maîtrisé le potentiel foyer de Carmaux. Et les tests travaillent sur de nouveaux potentiels clusters.

Plus de 170 tests menés en deux jours à Carmaux pour casser une chaîne des contaminations.
Plus de 170 tests menés en deux jours à Carmaux pour casser une chaîne des contaminations. © Radio France - SM

"Le cluster de Carmaux est maîtrisé." La préfète Catherine Ferrier est catégorique. Dans le Tarn, ça restera comme la première grande campagne de tests à grande échelle au Covid-19. En début de semaine plus de 174 personnes ont été testées dans la commune, dont 137 employés municipaux ou assimilés. Tout est parti de trois cas positifs  (un enseignant et deux employés dans une école). La campagne a permis d’identifier deux autres malades qui ont été immédiatement isolés. 

Après la découverte de ces trois cas, l’ARS a donc mené 174 tests. Une salle polyvalente a été réquisitionnée. Tous les employés municipaux ont été contactés : les proches des porteurs, les proches des proches des porteurs du Covid-19.  "Un deuxième et troisième cercle appelés au téléphone même tard dans la soirée parfois", raconte aussi la préfète.   

Une liste établie en un jour 

Le maire de Carmaux, Alain Espié, revient aussi sur la rapidité du processus. "Les résultats sont arrivés le vendredi 8 mai", dit-il. Le samedi, la décision de lancer des tests à grande échelle est prise avec le directeur départemental de l’ARS. Et il fallait que tout soit fait le lundi "pour voir s’il y a des foyers et couper la propagation du virus. Il fallait en un jour, le dimanche, faire la liste de tous les porteurs potentiels, avec tous les numéros de sécurité sociale." 

Si certains refusent les tests, l’ARS fait comme s’ils étaient malades et teste les contacts de ces personnes. Si d’autres cas revenaient à Carmaux une nouvelle campagne, sur d’autres groupes, serait alors menée. Ce qui s’est passé à Carmaux en début de semaine pourrait se produire partout dans nos départements dans les jours à venir.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu